×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Grève des contractuels: Les élèves payent les pots cassés

    Par L'Economiste | Edition N°:5483 Le 28/03/2019 | Partager
    cari_cl_083.jpg

    ■ Une démarche qui ne mènera nulle part!
    C’est honteux que les enfants des écoles publiques subissent ces enchaînements de grèves. Ils n’avaient pas besoin de cela, leur niveau scolaire étant déjà au plus bas!  Mais que veulent exactement les enseignants contractuels? Ont-ils peur d’être un jour licenciés? Cela n’arrivera pas tant qu’il n’y aura pas un motif raisonnable et solide!
    Khalid

    ■ Quid de la responsabilité?
    Et la responsabilité dans tout cela, qui la porte? Ceux qui ont autorisé le statut de contractuel n’ont pas pensé à toutes ces conséquences désastreuses d’ordre pédagogique et financier pour le pays. Ces individus doivent démissionner, mais également  être jugés!
    Wail Amrani

    ■ Mettre à contribution les retraités
    Pour sortir de cette impasse dont les premières victimes sont les enfants scolarisés dans le public et combler cette carence de grévistes, pourquoi ne pas faire appel aux retraités de l’éducation nationale? Ces derniers devront néanmoins être formés par les académies en fonction des besoins du marché. Côté budget, il suffirait de rémunérer ces retraités en ajoutant au cumul de leur pension une prime non imposable. Le tout égal au montant actuellement dédié aux contractuels grévistes.
    Drissi

                                                                                    

    Falsification de pièces d’identité: Joli coup de filet de la DGST

    ■ Du respect avant tout
    Bravo et merci à nos limiers. Le Maroc n’est pas un territoire sans identité où chacun se comporte comme il le souhaite. C’est un pays respectable et il doit le rester…
    BS
    ■ Félicitations!
    Je félicite la DGST et ses agents pour leur vigilance et leur perspicacité dans la lutte contre de pareilles fraudes et contre les réseaux terroristes. Nous sommes fiers de nos forces de police et de gendarmerie.
    Sedrati

                                                                                    

    Occupation du domaine public: A quand un retour à la normale?

    occupation-du-domaine-public-083.jpg

    ■ Impossible de se garer!
    Essayez de vous garer au Mâarif entre 8 heures et 18 heures! C’est quasiment impossible, et ce quelle que soit la ruelle choisie… Il faut résoudre ce problème et vite!
    Moulay
    ■ Honteux
    Il est honteux que, dans notre pays,  un handicapé en chaise roulante, un bébé en poussette ou tout simplement un piéton empruntent un espace dangereux réservé aux voitures en raison de l’occupation totale des trottoirs par des commerces. Allez simplement faire un tour à Hay El Hana à Casablanca, supposé être un quartier résidentiel…  Une mascarade au vu et au su des autorités, qui ferment les yeux devant ces infractions des plus flagrantes...
    Benahmed

    ■ Verbalisons!
    Pour changer la donne, il faut verbaliser les automobilistes garés sur les trottoirs et les propriétaires de restaurants ou cafés dépassant sur l’espace réservé aux piétons… En un mot, il est essentiel de rendre le trottoir praticable et libre!
    LINER

    ■ Même sur la chaussée!
    Même les chaussées sont prises d’assaut par les commerçants, en toute impunité!  Avec l’effervescence de ce phénomène, auquel s’ajoute l’exigüité des rues, je vous laisse imaginer le calvaire des automobilistes souhaitant garer leur voiture…
    Veilleur

                                                                                    

    Et d’autres réactions

    aereport_mv_083.jpg

    ■ Aéroport Mohammed V primé: Un classement illusoire
    Etant donné qu’il y a seulement deux aéroports au sein du classement ASQ accueillant 5 à 15 millions de passagers par an, être classé second revient pour l’aéroport Mohammed V à occuper la dernière place. Ce qui ne m’étonne pas étant donné son service particulièrement mauvais. A ce niveau, les toilettes représentent par ailleurs un très bon indicateur!
     KPI

     

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc