×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Tourisme culturel: Dubaï veut confirmer sa nouvelle réputation

    Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5478 Le 21/03/2019 | Partager
    Art-Dubaï, événement phare de cette stratégie
    Plus de 500 artistes de 80 nationalités, dont le Maroc
    Cet émirat ne veut plus se limiter au rôle de vitrine pour les artistes étrangers
    tourisme-culturel-078.jpg

    En plus des touristes à la recherche d'activités culturelles durant leurs séjours à Dubaï, cet événement attire essentiellement des collectionneurs, des responsables de musées et de galeries (Ph. Art-Dubaï)

    Après le tourisme de shopping et MICE, Dubaï ambitionne de consacrer sa réputation en tant que destination du tourisme culturel. Surtout après la montée en puissance des activités culturelles dans l'émirat voisin, Abu Dhabi, depuis l'ouverture du Musée du Louvre. C'est hier, mercredi 20 mars, qu’a démarré officiellement la semaine de Art-Dubaï. Au menu, différentes créations des arts modernes et contemporains.

    Avant-hier, cet évènement, actuellement à la 13e édition, a ouvert ses portes à la presse internationale. Cette année, cette manifestation est articulée autour de 4 départements, exposant les œuvres de plus de 500 artistes, de 80 nationalités. Plusieurs galeries participent également à cette manifestation, dont Voice Gallery de Marrakech.

    «Désormais, Art-Dubaï attire de plus en plus de collectionneurs d'œuvres, des responsables de musées,  et autres opérateurs du marché de l'art», selon Pablo Del Val, directeur artistique de cette manifestation. Il a insisté sur l'interconnexion des expositions programmées,  avec une approche de storytelling.

    Cette année,  cet évènement consacre un espace dédié aux œuvres produites par les artistes en provenance des pays du sud, en plus d'une autre exposition, axée sur la perception des jeunes artistes émiratis des transformations en cours dans leur société.

    Des conférences sont également prévues par les organisateurs de cet évènement pour débattre d'une série de thématiques, liées notamment aux enjeux auxquels les sociétés devront faire face dans le futur. Après les transformations générées par la robotisation et la digitalisation de plusieurs activités, débattues l'année dernière, cette année, plusieurs intervenants sont attendus pour discuter des challenges que pose le modèle d'éducation.

    L'idée est de savoir «comment convaincre les jeunes de l'importance de l'enseignement au moment où les évolutions en cours sont en train de transformer les métiers et rendent moins visibles les perspectives pour les prochaines générations».

    Parallèlement, cet événement se veut aussi un tremplin pour les jeunes artistes des Emirats. L'exposition UEA now est dirigée par Munira Elsayegh. Celle-ci a insisté sur l'importance de ne pas limiter Dubaï à un rôle de vitrine pour les artistes étrangers. L'idée est de favoriser la création de contenus artistiques locaux. Plusieurs initiatives ont été lancées pour accompagner les jeunes talents, avec un appui de plusieurs institutions, dont Art-Dubaï.

    DNES à Dubaï Mohamed Ali MRABI

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc