×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Musiques sacrées: La 25e édition met Fès à la confluence des cultures

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5477 Le 20/03/2019 | Partager
    Sami Yusuf, Marcel Khalifa, José Mercé… au programme
    Ils se donnent rendez-vous à Bab Makina du 14 au 22 juin
    musiques-sacrees-077.jpg

    La 25e édition du festival de Fès des Musiques sacrées du monde se tiendra du 14 au 22 juin 2019. Elle fêtera plus d’un quart de siècle du festival de Fès et abordera la thématique de «Fès, à la confluence des cultures». Son but est de promouvoir la ville de Fès, son âme et ses cultures (Ph. YSA)

    «Vingt cinq ans, un quart de siècle depuis le lancement de la 1re édition du Festival de Fès des musiques sacrées du monde. Un Festival qui a apporté sa contribution au fil du temps au dialogue des cultures et des religions, à mieux faire connaître les valeurs de notre pays marqué par l’ouverture sur l’autre, l’esprit de tolérance et d’accueil, la richesse de son patrimoine matériel et immatériel». C’est en ces termes qu’Abderrafie Zouitene, président de la Fondation Esprit de Fès, présente la 25e édition qui se tiendra du 14 au 22 juin 2019, et abordera la thématique de «Fès, à la confluence des cultures».

    Pour lui, «ce n’est pas fortuit si l’Unesco a consacré en 2018 un partenariat officiel avec la Fondation Esprit de Fès à l’unanimité de son comité exécutif». 

    En effet, les générations défilent au cours des siècles «mais l’âme de la ville de Fès se perpétue et ce grâce aux ramifications entretenues entre les différentes traditions culturelles, creuset de l’histoire du Maroc, mais également de son renouveau». En ce sens, la nouvelle édition vise à promouvoir la ville, son âme et ses cultures.

    Faut-il rappeler à ce titre que c’est à l’initiative du Roi que la médina de Fès connaît aujourd’hui une renaissance exceptionnelle lui donnant une nouvelle vie. Et c’est justement le renouveau et cette histoire que le Festival et son forum veulent mettre à l’honneur, afin d’imprimer la marque Fès.

    De l’avis du président de la Fondation Esprit de Fès, initiatrice de l’événement, cette 25e édition revêt une aura exceptionnelle d’autant qu’elle coïncide avec la 20e année de l’intronisation du Souverain. «La programmation de cette année sera ainsi exceptionnelle afin de célébrer cet événement et cette histoire… avec des surprises de taille», confie Zouitene. Et d’ajouter: «le volet musical rassemblera des artistes venant de plus de 30 pays».

    Tel un voyage dans le temps et l’histoire, le spectacle création «Fès, Mémoire du Futur» donnera le coup d’envoi d’une édition en évocation de Fès. «Comme un conte, cette création abordera l’aspect miraculeux de la naissance de cette ville, l’enfance d’Idriss II peuplée de légendes et d’anecdotes sur son génie précoce qui le mènera à être proclamé Imam à l’âge de onze ans», explique Alain Weber, concepteur et metteur en scène du spectacle.

    «De nombreux artistes marocains, portant l’héritage arabe, andalou, amazigh et juif, mettront en valeur la diversité culturelle qu’incarne l’enchevêtrement des ruelles de la médina, représentation symbolique d’une géographie de l’esprit et du voyage», annonce-t-il, tout en promettant «une nouvelle scénographie nous fera pénétrer au cœur des ruelles de la médina qui se souviennent. C’est cette mémoire qui peut être la source d’un futur créatif, spirituel et épanoui».

    Et dès le 15 juin, de nombreuses stars viendront animer l’espace de Bab Makina. Y figurent Sami Yusuf, Marcel Khalifa, José Mercé et Tomatito, le World Youth Orchestra, l’ensemble andalou de Fès, outre les chants et danses rituels des femmes de Cuba, et l’art du Muwashah d’Alep et les Chants Sacrés de Perse. L’ambition des organisateurs est de conter l’histoire de Fès à travers des artistes de renom.

    «Car, franchir les portes de cette cité millénaire est une manière de s’imprégner de traditions millénaires, de valeurs de tolérance, de dialogue des religions et des cultures. Notre objectif commun est de porter haut ces valeurs, dans un monde marqué par la montée des extrémismes et faire rayonner la Marque Maroc et celle de Fès», conclut Zouitene.

                                                                       

    Le Forum rempile

    Comme à l’accoutumée, le Forum de Fès est un moment fort d’échanges et d’interrogations dans un monde en pleine mutation. Cette année, il traitera de la thématique «Fès, à la Confluence des Cultures» et verra la présence de plusieurs écrivains, chercheurs, philosophes, penseurs... Ces hôtes esquisseront (les 15 et 16 juin) «la connaissance avant le jugement; l’idée avant l’opinion», «les nécessaires fondamentaux d’un dialogue entre les cultures» et «les modes de vie dans les cités traditionnelles (médinas et autres) et les valeurs spirituelles de respect sous-jacentes». Pour Driss Khrouz, directeur général de la Fondation, «La confluence des cultures consacrée par ce bel itinéraire du festival de Fès sera notre source d’inspiration. Elle sera ce souffle qui nous permettra de débattre et d’écouter d’éminentes personnalités qui irriguent par leurs idées et par leurs créations cette culture de la paix, cette valeur de respect et de reconnaissance de tout ce qui alimente toutes les formes vertueuses de la spiritualité». «En somme tout ce qui donne un sens aux connaissances et que valide la conscience humaniste se retrouve dans ce choix», poursuit-il.

    Youness SAAD ALAMI

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc