×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Macron en Afrique de l'Est: Des intérêts stratégiques

    Par L'Economiste | Edition N°:5474 Le 15/03/2019 | Partager
    Climat, investissements, partenariats…. au menu
    Le président français joue sa carte face à la Chine

    Plaidoyer pour le climat, alternative aux investissements chinois, partenariats universitaires… Emmanuel Macron a défendu en Afrique de l'Est la place que la France veut occuper dans cette région courtisée par les grandes puissances.

    Au terme d'un périple de trois jours qui l'a conduit à Djibouti, Addis Abeba et Nairobi, le président français a coprésidé jeudi 14 mars 2019 le «One Planet Summit» et y a appelé à placer l'environnement au coeur des choix économiques. Il a annoncé une hausse de la contribution française aux projets de l'Alliance solaire internationale et (alors qu'il est accusé en France de manquer d'ambition écologique) a promis des aides à la mobilité dans l'Hexagone.

    Son engagement pour le climat va de pair avec la promesse de «partenariats respectueux» avec les pays de la région, «contrairement à ceux qui menaceraient la souveraineté des Etats». Une critique aux investissements chinois à grande échelle en Afrique de l'Est.

    «C'est une bonne chose que la Chine participe au développement de nombreux pays, mais je crois à l'esprit d'équilibre, de réciprocité. Les équilibres supposent le respect des souverainetés, des peuples… », a averti prudemment le chef de l'Etat, à quelques jours de la visite en France du président chinois Xi Jinping.

    Le président français a également annoncé la conclusion d'accords commerciaux et culturels, comme au Kenya. A Nairobi, il a annoncé notamment un contrat de 1,6 milliard d'euros sur 30 ans pour le groupe français Vinci pour construire et exploiter une autoroute au nord de la capitale ainsi qu'un projet de navette entre le centre-ville et l'aéroport.

    Côté militaire, mardi 21 mars à Djibouti, sur une des routes maritimes les plus empruntées au monde, Macron a visité la plus importante base française à l'étranger dont il a souligné l'importance stratégique.

    En Ethiopie, il a promis de financer et accompagner le travail de protection des églises rupestres de Lalibela, un joyau menacé, inscrit au patrimoine mondial. Le président français a également annoncé un accord-cadre de défense avec l'Ethiopie, en particulier pour la mise en place d'une marine dans ce pays qui n'a pas accès à la mer et évoqué des ventes d'Airbus à ce pays endeuillé par le crash d'un Boeing 737 MAX dimanche, désormais banni du ciel aérien mondial.

    Lors d'un échange à l'université de Nairobi, Macron a aussi insisté jeudi sur l'importance des partenariats académiques pour établir des échanges à long terme entre la France et l'Afrique. Et ce, avec notamment un partenariat entre Science-Po et l'université kényane Strathmore et l'implantation au Kenya de l'école de jeux vidéos Rubika.

    Procès climatiques

    Après le Pakistan, la Colombie ou les Pays-Bas, la France fait à son tour l'objet d'une procédure en justice, pour action insuffisante face au dérèglement climatique. Ainsi, Greenpeace, Oxfam France, Notre affaire à tous et la Fondation Nicolas Hulot ont annoncé avoir chacune déposé en ligne leur recours auprès du tribunal administratif de Paris. Elles sont soutenues par deux millions de signataires d'une pétition intitulée: «L'Affaire du siècle»….

    F. Z. T avec agences

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc