×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Le Salon national du Sardi de retour

    Par Jamal Eddine HERRADI | Edition N°:5472 Le 13/03/2019 | Partager
    Il se tient à Settat, berceau de la race, du 21 au 24 mars
    Mettre en relief la contribution de la filière au développement de l’élevage du mouton
    salon-national-du-sardi-072.jpg

    Une des principales races ovines élevées sur les plateaux des Béni Meskine, berceau initial, du Tadla, des Sraghna et Rhamna, le Sardi est aujourd’hui perçu comme un patrimoine national (Ph. L'Economiste)

    Le Salon national professionnel du Sardi est de retour, tout au bonheur des éleveurs. Ces derniers attendaient déjà la première édition qui leur avait été promise par le département de l’Agriculture. Et ce fut un grand succès: 540.000 visiteurs et 290 exposants.

    Un bilan qui a dépassé largement les attentes des organisateurs. Cette année, l’Association du salon national professionnel de l’élevage, organisatrice de l’évènement avec la Direction régionale de l’agriculture de Casablanca-Settat, s’attend à près d’un million de visiteurs.

    Organisé du 21 au 24 mars dans la ville de Settat, chef-lieu de la province du même nom et berceau de la race Sardi, l’évènement est sous-tendu par une mission essentielle: la valorisation de la filière. Il consacre la reconnaissance symbolique de l’apport de cette filière à l’activité économique régionale, voire nationale. Ce sera également une occasion pour mettre en relief la contribution de la filière au développement de l’élevage du mouton au Maroc.

    En organisant pour la deuxième fois cette manifestation, l’Association du salon professionnel de l’élevage ambitionne de créer une dynamique pour l’amélioration du potentiel organique à la fois de la race et de l’élevage ovin. Cela tout en développant du même coup les métiers et les activités qui lui sont connexes.

    L’objectif est de permettre, en aval, de favoriser l’intégration des sous-produits du mouton aussi bien dans les circuits modernes de production que pour les produits du terroir. Parallèlement, le Salon offre une sérieuse opportunité de réfléchir et de débattre, entre autres, des produits de l’élevage, du financement qui lui est lié, de l’assurance comme facteur essentiel d’accompagnement…

    Selon les organisateurs, cette deuxième édition a des objectifs multiples. A commencer par faire retrouver à la race ovine Sardi ses lettres de noblesse et s’acheminer vers sa labellisation. Ceci tout en améliorant ses performances ainsi que les conditions de son élevage.

    Autre but, intégrer davantage les sous-produits et la transformation du mouton aussi bien dans les circuits de production modernes que dans ceux des produits du terroir. Installé sur un site d’une superficie globale de 120.000 m2 (deux fois plus que la première édition), dont 15.000 m2 couverts, le Salon connaîtra la participation de  plus de 300 exposants dont une grande partie constituée d’éleveurs. L’on s’attend également à la visite de plus de 5.000 professionnels.

    Les 15.000 m2 couverts du site accueilleront une centaine de sociétés. Celles-ci représentent les secteurs des aliments pour le bétail, des produits vétérinaires, du machinisme agricole, des équipements pour l’irrigation et des facteurs de production. Les institutionnels du financement et des assurances vont également prendre  part à cette deuxième édition.

    Une exposition de matériels destinés à l’élevage, d’aliments pour le bétail, d’outils et fournitures de la santé animale sera organisée sur le site du Salon. A cela, il faut ajouter plus d’une centaine de coopératives des produits de terroir venues des différentes régions du Maroc.

    Côté animation, des rencontres d’affaires, de partenariat et de coopération et des conférences thématiques et tables rondes, sont au programme. Sont également prévus des concours des meilleurs ovins, des démonstrations de la tonte mécanique et une vente aux enchères de géniteurs.

    Jamal Eddine HERRADI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc