×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Fès-Meknès: Laenser défend son bilan à mi-mandat

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5470 Le 11/03/2019 | Partager
    Plus d’un milliard de DH d’investissement en 3 ans
    Palais des congrès, théâtre, routes… des projets dépoussiérés
    mohand_laenser_070.jpg

    Mohand Laenser est président du Conseil régional de Fès-Meknès depuis 3 ans. Son bilan à mi-mandat est mitigé… toutefois, il promet de grandes réalisations, à commencer par le grand théâtre de Fès, le palais des congrès et le dédoublement de la route de la mort (Ph. YSA)

    Il aura fallu plus de 3 ans au Conseil régional de Fès-Meknès pour trouver des terrains, signer des conventions et annoncer enfin la réalisation d’un palais des congrès ainsi qu’un grand théâtre.

    Pourtant, ces projets devaient être déjà réalisés. Pour rappel, c’est sur proposition du wali que le Conseil régional, présidé par Mohand Laenser, avait approuvé des projets culturels à réaliser avant fin 2019.

    Pour les concrétiser, plusieurs partenaires (ministères de l'Intérieur, Habitat, Culture... et collectivités locales régionale, communale et préfectorale) devaient accorder leurs violons notamment pour assurer les financements nécessaires. Et cela aurait pris beaucoup plus de temps que prévu. Finalement, les conventions relatives à leur réalisation ont été votées le 4 mars dernier. L’Economiste revient sur les principaux points adoptés par l’assemblée régionale.

    ■ MedZ offre le terrain, la région apporte le financement
    En fait, tout porte à croire que cette fois-ci sera la bonne et les chantiers du palais des congrès et du grand théâtre seront lancés incessamment. C’est du moins ce que ressort de la dernière session du Conseil régional. Si pour le terrain, il fallait seulement accepter une parcelle de 28.704 m2 offerte à titre gracieux par MedZ, les conseillers régionaux ont dû, en revanche, galérer pour réunir les 100 millions de DH que devrait coûter le palais des congrès de Fès. D’une capacité de 5.000 places, ce dernier sera financé par les ministères de l’Industrie (25 millions de DH), l’Intérieur (22 millions de DH) et l’Habitat (22 millions de DH). A ces partenaires s’ajoutent des contributions des conseils régional, communal et préfectoral, respectivement de 20, 9 et 2 millions de DH. S’agissant du grand théâtre, il devrait coûter également 100 millions de DH. Une enveloppe qui sera financée par les départements de la Culture, l’Intérieur et l’Habitat, ainsi que les conseils élus (région, mairie et préfecture).

    ■ 1,56 milliard de DH pour «la route de la mort»
    Après moult reports, le Conseil régional a décidé de financer la liaison Fès-Taounate, qualifiée souvent de «route de la mort». En fait, les élus ont adopté une convention de partenariat pour le dédoublement de la route nationale (RN) reliant Fès à Taounate. Ce projet, qui sera bientôt lancé, mobilise une enveloppe de 1,56 milliard de DH financée par la direction régionale de l'équipement, du transport, de la logistique et de l’eau, le Conseil régional, la Direction générale des collectivités locales, l’Agence de développement des préfectures et des provinces du nord et le Conseil provincial de Taounate. Au total, les travaux concerneront une distance de 73 km, entre les points kilométriques 732 et 805. Ils seront achevés en 2022.

    ■ Un bilan en demi-teinte… malgré les efforts
    Le bilan présenté par Laenser est peu convaincant pour les populations vulnérables. Normal, puisque les doléances de celles-ci doivent être portées par les élus locaux (arrondissements, communes, provinces…). La région est, pour sa part, chargée  des chantiers structurants. Quoi qu’il en soit, son bureau a mobilisé 1,14 milliard de DH pour la mise en place de projets de développement dans la région Fès-Meknès entre 2015 et 2018. Ces projets ont porté sur le renforcement des infrastructures et le soutien des secteurs culturel et social. En détails, les projets d'infrastructure ont coûté près de 1,07 milliard de DH. Ils sont répartis entre les routes rurales (85 projets - 666 millions de DH), l'eau potable (36 projets -230 millions de DH), l'électrification rurale (36 projets - 83 millions de DH), l'appui à la scolarisation (8 projets - 75 millions de DH) et le renforcement de l'accès aux soins (4 projets - près de 17 millions de DH). En outre, 36 millions de DH ont été investis dans le secteur culturel, alors que les actions à caractère social ont coûté 35 millions de DH. Signalons que la région a appuyé, en matériels, la préfecture de police de Fès, le transport scolaire et les collectivités territoriales.

    ■ Médina de Meknès, El Hajeb, ZI… en priorité aussi
    La session de mars a connu également l’approbation de plusieurs conventions de partenariat. A ce propos, la réhabilitation de l’ancienne médina de Meknès (2019-2023), s’élevant à un coût global de 800 millions de DH, jouira d’une contribution du Conseil régional de l’ordre de 50 millions de DH. De son côté, la réhabilitation des sources de la ville d’El Hajeb sera financée par la région à hauteur de 30 millions de DH.  Le reste est assuré par la province et les conseils communal et provincial (32 millions de DH). Enfin, la région a approuvé l’aménagement, la commercialisation et la gestion de la zone industrielle de Fès-Saiss. Réalisé en partenariat avec les ministères de l’Industrie et de l’Equipement et la Chambre française du commerce et de l’industrie au Maroc, ce projet devrait coûter près de 113,4 millions de DH, dont 20 millions de DH assurés par le Conseil de la région.

    De notre correspondant permanent, Youness SAAD ALAMI

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc