×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Marché des céréales: L’OMC condamne la Chine pour ses subventions

    Par Abdelaziz GHOUIBI | Edition N°:5465 Le 04/03/2019 | Partager
    Le montant estimé supérieur à 100 milliards de dollars aux engagements
    Pékin déplore la décision et se dit prête à examiner le rapport des experts
    cours_des_cereales_065.jpg

    Les prix du blé tendre  ont poursuivi leur remontée pour atteindre 218 dollars la tonne fin 2018, leur plus haut niveau depuis mars 2015, marquant une hausse mensuelle de 3,3% et annuelle de 26%. Cette augmentation des prix est liée à des conditions météorologiques défavorables dans certains pays exportateurs (Australie, Argentine, Etats-Unis)

    Les signes d’apaisement des relations commerciales sino-américaines risquent de s’estomper. Et pour cause!  La condamnation de Pékin par l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour son soutien aux producteurs des blés et riz.   La décision intervient au moment où les deux premières puissances économiques mondiales tentent de signer un accord pour mettre fin à leur guerre commerciale.

    Dans cette affaire, les Etats-Unis accusent la Chine, qui a adhéré à l’OMC en 2001, de ne pas avoir respecté ses engagements de «faciliter l’ouverture de son marché agricole à la concurrence étrangère». La Chine s’est engagée à ne pas apporter un soutien financier à ses producteurs dépassant 8,5% d’un prix de référence pour le blé, le riz (variétés Indica et Japonica) et le maïs. L’administration américaine a affirmé, lors du dépôt de sa plainte, que ce seuil a été dépassé tous les ans depuis 2012.
    Dans ses conclusions, l’Organe de règlement des différends (ORD) de l’OMC a donné raison à Washington, sauf pour le maïs.

    «Nous constatons que le niveau du soutien accordé par la Chine en faveur des producteurs nationaux dépasse le niveau d’engagement» prévu par Pékin, ont indiqué les experts de l’ORD.

    Le document de l’organe de l’OMC a en revanche indiqué que le panel d’experts ne s’est pas saisi de la question du soutien chinois aux producteurs de maïs, considérant que cette mesure était venue à expiration avant que les Etats-Unis ne demandent de statuer sur ce litige.

    Conformément aux règles de l’OMC, les conclusions de l’ORD seront adoptées dans les 20 à 60 jours suivant sa distribution, à moins que la Chine ou les Etats-Unis décident de faire appel.

    En 2016, le représentant spécial au Commerce extérieur américain (USTR) avait indiqué que les droits de douane imposés par Pékin en 2015 sur les produits agricoles atteignaient  92% sur le riz long, 65% pour le maïs et 30% pour le blé. Selon les Etats-Unis, le soutien de la Chine à ces produits agricoles a été, en 2015, de près de 100 milliards de dollars supérieurs au niveau sur lequel Pékin s’était engagée lors de son adhésion à l’OMC en 2001.

    Selon Washington, les exportations américaines des produits concernés par la plainte représentaient alors 20 milliards de dollars par an.

    Le géant asiatique est le plus grand producteur mondial de blé et de riz, ce qui a une influence notable sur les marchés mondiaux.

    Pour le ministère du Commerce chinois, «soutenir l'agriculture nationale, garantir les revenus des agriculteurs et assurer la sécurité alimentaire sont des pratiques courantes des gouvernements dans de nombreux pays. Et cela est conforme aux règles de l'OMC». Et d’ajouter, «la Chine évaluera avec soin le rapport du groupe d'experts et en tiendra compte, conformément aux procédures de règlement des différends de l'OMC».

    A.G.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc