International

Blanchiment de capitaux/Financement du terrorisme: Plusieurs pays «blacklistés»

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5454 Le 15/02/2019 | Partager
L'objectif de cette liste est de protéger le système financier de l'UE
balanchiment_dargent_054.jpg
 

Bruxelles a proposé d'ajouter plusieurs pays (dont la Tunisie ou encore l’Arabie saoudite…, voir illustration) à sa liste noire pour lutter contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.

Une initiative aussitôt regrettée par les Etats concernés. La proposition devra encore recevoir le feu vert du Parlement européen et des pays de l'Union, dont certains comme la France et le Royaume-Uni ont exprimé des réserves sur cette nouvelle liste de 23 pays à «haut risque».

Le Maroc n’y figure pas. A la suite de l'inscription sur la liste, «les banques et autres entités relevant du champ d'application des règles de l'UE en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux seront tenues d'appliquer des contrôles renforcés («vigilance») pour les opérations financières concernant les clients et les établissements financiers provenant de ces pays tiers à haut risque. Et ce, afin de mieux détecter les flux de capitaux suspects», explique Bruxelles (http://europa.eu/).

Sur la base d'une nouvelle méthode, qui prend en compte les critères plus stricts fixés dans la 5e directive anti-blanchiment en vigueur depuis juillet 2018, la liste a été établie à la suite d'une analyse approfondie. «Nous avons mis en place les normes les plus strictes au monde en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux, mais nous devons veiller à ce que l'argent sale provenant d'autres pays ne se retrouve pas dans notre système financier.

Cet argent est le moteur de la criminalité organisée et du terrorisme. J'invite les pays figurant sur la liste à remédier rapidement à leurs carences. La Commission est disposée à collaborer étroitement avec eux afin de résoudre ces problèmes dans notre intérêt mutuel», indique Věra Jourová, commissaire pour la justice, les consommateurs et l'égalité des genres.

La liste a été établie sur la base d'une analyse de 54 pays et territoires prioritaires, qui a été effectuée par la Commission en consultation avec les Etats membres et rendue publique le 13 novembre 2018. Pour chaque pays, Bruxelles a évalué le niveau de menace réelle, le cadre juridique et les contrôles mis en place pour prévenir les risques de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme, ainsi que leur mise en oeuvre effective.

La Commission a également pris en considération les travaux du Groupe d'action financière (GAFI), l'instance normative dans ce domaine au niveau international.

F. Z. T.

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc