×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    L’UE soutient les entrepreneurs de la diaspora

    Par Nadia DREF | Edition N°:5454 Le 15/02/2019 | Partager
    Objectif: encourager le développement de projets au Maroc, au Sénégal et en Tunisie
    Le 15 mars est le dernier délai pour postuler à la 3e phase du programme

    L’Union européenne lance la troisième phase du Programme d’accélération  international. Un dispositif visant à accompagner des entrepreneurs issus de la diaspora et d’Afrique pour le développement de projets au Maroc, au Sénégal et en Tunisie. Le 15 mars est le dernier délai pour le dépôt des dossiers de candidature. Les candidats doivent déjà disposer d’une première expérience réussie ou avoir développé un produit ou un concept pouvant apporter une réelle valeur ajoutée.

    Les candidats retenus bénéficieront d’un accompagnement complet de 12 mois qui sera dispensé via l’accélérateur international «Diafrik Invest». A la fin du programme, ils auront mieux compris les marchés ciblés pour construire une offre adaptée, muscler leurs équipes et leur plan d’exécution, préparer et lancer une campagne de levée de fonds ou encore rencontrer des investisseurs.

    Le soutien de «Diafrik Invest» se traduira par un mentorat et coaching individuel, une assistance technique et conseil, des missions de développement sur les marchés ciblés ainsi qu’une participation à de grands événements d’affaires. S’y ajoute une formation à la recherche de financement ou encore des rencontres avec des grands acheteurs et des investisseurs.

    «Les entrepreneurs de la diaspora bénéficient d’un accompagnement personnalisé pour la création d'entreprise, le cadre d'investissement et les opportunités pour s’impliquer dans le développement des pays d'origine», précisent les coordinateurs du projet. Les entrepreneurs locaux ne sont pas en reste. Ils profitent de MasterClass et de mentoring dispensés par des talents et entrepreneurs de la diaspora. Des voyages de prospection et forum d’affaires sont également organisés.

    Côté financement, ce programme vise à connecter les entrepreneurs avec les bailleurs de fonds pour faciliter l'investissement productif via des instruments innovants. Grâce à la mise en réseau d’investisseurs privés (business angels) de la diaspora et d’investisseurs des pays d’origine, le projet crée une dynamique de co-investissement. Les réseaux d'affaires en Europe peuvent être mobilisés pour les activités du projet.

    Les «Investment Academies» permettent également de connecter entrepreneurs et investisseurs. A la fin du programme, les 20 meilleurs projets responsables seront promus en recherche d’investissement via une plateforme de crowdfunding.

    Lancé en décembre 2016, ce programme international a pour objectif de mobiliser, en 3 ans, 45 hauts talents. Il permettra la co-construction de 3 offres de services «diaspora». Il profitera à 120 bénéficiaires de DiasporaLab/DiasporaTech.

    Par ailleurs, 50 entrepreneurs de la diaspora et 45 autres locaux seront accompagnés. 20 projets responsables seront assistés dans la recherche de financement. Ils ciblent cinq secteurs: l’environnement, les technologies vertes, la santé, l’éducation ainsi que l’agroalimentaire. Par ailleurs, 3 évènements régionaux Investment Academy & Networking seront organisés. Les projets retenus seront suivis à chaque étape de leur parcours.

    Migration et développement

    Diafrik Invest (2016-2019) est mis en œuvre dans le cadre du Dialogue euro-africain sur la migration et le développement (Processus de Rabat). Ce dispositif rassemble plus d’une cinquantaine de pays le long de la route migratoire ouest-africaine. Doté d’un budget de 2,2 millions d’euros, le projet est cofinancé à hauteur de 90% (soit 2 millions d’euros) par l'Union européenne. Cette dernière intervient à travers la Direction générale du développement et de la coopération suite aux engagements pris dans la Déclaration de Rome qui a initié une nouvelle phase du processus de Rabat pour 2015-2017, dont l’un des axes principaux est de renforcer le lien entre migration et développement. Diafrik Invest met donc en œuvre le cadre pour une contribution organisée et durable des diasporas au développement économique, social et environnemental des pays d’origine. De son côté, ANIMA Investment Network coordonne le projet au sein d’un consortium constitué de cinq autres partenaires : Start-Up Maroc, Acim, Conect, Am Be Koun et CJD Sénégal. L’Agence marocaine de développement des investissements et des exportations (AMDIE) est également associée au projet.

     Diafrik Invest en chiffres

    Une durée de 3 ans
    40 opérations
    4 partenaires et 1 associé
    Mission: dynamiser les relations d’affaires entre l’Europe, le Maroc, la Tunisie et le Sénégal
    Un budget global de 2,2 millions d’euros
    Un programme cofinancé à 90% par l’UE

    Nadia DREF

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc