×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    La Résidence prospecte à l’international

    Par Ahlam NAZIH | Edition N°:5451 Le 12/02/2019 | Partager
    Le groupe scolaire prépare de nouveaux projets, y compris en Afrique
    Des établissements verts prévus dans d’autres villes marocaines
    Ecole Casa-Anfa: Un investissement de 130 millions de DH
    la_residence_051.jpg

    L’école Casa-Anfa, homologuée par l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger, est ouverte depuis septembre dernier aux élèves de la maternelle à la 6e. Elle a été érigée à la manière d’un stade de foot, avec des toits et murs végétalisés et un écrin de verre. Eco-responsable, elle bénéficie d’économies d’énergie de 53%, et d’eau de 58%. C’est la première du genre en Afrique (Ph. GSR)

    Des ambitions, La Résidence en a à revendre. Le groupe scolaire, dirigé par la famille Hefiri, s’apprête à entamer une nouvelle phase dans son développement: l’ouverture à l’international. «Nos classes préparatoires aux grandes écoles nous ont ouvert une porte intéressante, celle de la France. Depuis cinq ans, nos classes prépas commerciales y sont classées deuxièmes.

    Aujourd’hui, nous en faisons la promotion en Afrique subsaharienne», confie Nawal Hefiri, directrice générale. «Nous avons aussi des projets dans l’enseignement général à l’international», poursuit-elle. Pour le moment, pas question de donner plus de détails.

    Le groupe, depuis toujours concentré à Casablanca, prévoit en outre, bientôt, une présence dans d’autres villes marocaines, toujours avec son concept «d’écoles vertes». La dernière en date est celle de Casa-Anfa, qui a démarré en septembre 2018, et qui a été inaugurée mardi dernier, en présence de nombreuses personnalités de la ville.

    L’établissement «éco-responsable», premier du genre au Maroc et en Afrique, a nécessité un budget de 130 millions de DH, financé par des fonds propres et crédits bancaires.

    «Nous n’avons pas répercuté ce coût sur nos prix, car notre objectif est de garder une offre accessible aux parents», tient à préciser la directrice générale. L’école Casa-Anfa, homologuée par l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE), accueille les élèves de la maternelle à la 6e. C’est Nasser Hefiri, qui codirige le groupe, qui en a eu l’idée.

    «Le développement durable est pour nous une conviction. Nous avons choisi d’en faire notre label», souligne-t-il. La conception a été confiée au cabinet d’architecture Groupe 3A. Le projet a été certifié par le bureau Veritas. Il a décroché la certification HQE (Haute qualité environnementale) niveau exceptionnel. 1Etalé sur une surface utile de 4.930 m², le bâtiment en R+2 peut accueillir jusqu’à 900 élèves.

    A l’image d’un stade de foot, il se veut «enveloppant, tout en étant ouvert sur son environnement», selon Amine Skandar, DG associé du Groupe 3A. Son toit et ses murs sont végétalisés. Maîtrisant les impacts environnementaux, il permet des économies d’énergie de 53%, et d’eau de 58%.

    Près de 30% des besoins en chauffage de l’eau sont assurés par des énergies renouvelables. Système d’éclairage, aération, matériaux, luminosité… tout a été pensé pour protéger la santé des occupants. Avec ses 11 établissements, La Résidence gère près de 3.500 élèves à Casablanca. Un quota d’une centaine de places est réservé à des élèves démunis.

    Le groupe est également gestionnaire délégué, depuis 2011, de 17 écoles de l’OCP dans plusieurs villes, comptant plus de 7.000 élèves. «Même si les tarifs pratiqués par ces réseaux sont moindres que les nôtres, nous avons choisi de nous y investir. Nous croyons que tous les enfants ont droit à une éducation de qualité», souligne Nawal Hefiri. La Résidence a été le premier délégataire de l’OCP.

    Une saga de près de 37 ans

    nawal_et_nasser_hefiri_051.jpg

     

    Nawal et Nasser Hefiri cogèrent le groupe depuis 2010, date de disparition de leur père, Mehdi Hefiri, fondateur de l’enseigne. A seulement 12 ans, Mehdi Hefiri avait quitté sa famille et son patelin pour s’installer à Casablanca, en vue de poursuivre ses études. Il deviendra enseignant de français, puis inspecteur pédagogique, avant de fonder sa première école en 1982. Le self-made-man lèguera à ses enfants l’un des réseaux scolaires les plus notoires de la capitale économique. Un réseau qu’ils veilleront à moderniser et à développer. Aujourd’hui, ils aspirent à exporter leur modèle vers de nouvelles villes, et même à l’international.

    Ahlam NAZIH

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc