×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Casablanca: Remue-ménage chez les SDL

    Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5449 Le 08/02/2019 | Partager
    Affichage, prêt de la Banque mondiale, décharge de Médiouna… agenda chargé
    Schéma directeur et nouveau cahier des charges pour l’affichage publicitaire
    Les opérateurs ont 5 ans pour s’aligner
    casablanca-sdl-049.jpg

    La Commune de Casablanca peine à mettre de l’ordre dans  le secteur anarchique de l’affichage publicitaire. Un schéma directeur et un nouveau cahier des charges viennent d’être votés par les élus jeudi 7 février. Les opérateurs auront 5 ans pour se conformer aux nouvelles règles (Ph. L’Economiste)

    Affichage, 3e tranche du crédit de la Banque mondiale, nouvelles attributions aux SDL… Autant de points culminants au menu de la session du conseil de la ville de Casablanca, qui s’est tenu jeudi 7 février. Et pour la première fois, les dirigeants des SDL étaient présents au grand complet.

    Le top management des bras armés de la ville a fait le déplacement à la demande express des élus. Ces derniers se plaignaient souvent de l’absence des dirigeants lors des réunions des précédents conseils.

    Et s’ils étaient là en force, c’est pour une raison bien précise. La grande majorité des points à l’ordre du jour (répartis sur 2 séances les 7 et 21 février) concernait les nouvelles attributions des SDL.

    La toute nouvelle structure, Casa-Environnement, se voit ainsi confier des dossiers qui étaient jusque-là du ressort de Casa-Prestation. Parmi lesquels, le suivi de la gestion déléguée de la propreté, de la décharge de Médiouna, la lutte contre les nuisibles, les services 3D (désinfection, désinsectisation, dératisation) et la gestion des espaces verts de la métropole.

    «Plusieurs projets de réhabilitation d’espaces verts seront livrés ce printemps par Casa-Aménagement, leur entretien sera du ressort de Casa-Environnement», a souligné Abdelaziz El Omari, président du Conseil de la ville. C’est le cas du parc Ligue Arabe (30 hectares), la corniche et la promenade de la mosquée Hassan II (5 km), les places Mohammed V, Rachidi …. Et pour éviter le chevauchement des compétences entre SDL, il a été décidé que Casa-Transports hérite des dossiers de Casadev (stationnement, dépannage, fourrières…).

    Mais l’un des poins culminants est sans doute celui relatif à l’affichage. «Il faut mettre un terme à l’anarchie et à la pollution visuelle occasionnées par les panneaux d’affichage», souligne El Omari. Selon le maire, la ville dispose aujourd’hui, suite à une étude (pilotée par Casa-Prestation), d’une base de données numérique sur le parc de panneaux d’affichage (nombre, emplacement, nature, redevances…).

    Pour mettre un peu d’ordre dans ce secteur, 3 documents ont été votés par les élus: une charte de l’affichage, un nouveau cahier des charges et un schéma directeur du mobilier urbain d’affichage. Le nouveau cahier des charges énumère les conditions auxquelles doivent se plier les opérateurs.

    A titre d’exemple, il sera interdit de planter un panneau publicitaire sur un site historique, dans une ancienne médina, à côté d’une mosquée ou une école… «Les opérateurs auront 5 ans pour s’aligner aux exigences du nouveau cahier des charges», explique le président.

    Par ailleurs, les élus de Casablanca ont également voté la programmation de la 3e tranche du prêt de la Banque mondiale (231,3 millions de DH). Parmi les projets qui bénéficieront de ces financements figurent l’aménagement de la route de Zenata, la trémie de Gandhi et l’aménagement du bd Zerktouni (50 millions de DH), réhabilitation du patrimoine (20 millions de DH), l’aménagement de la gare Ouled Ziane (20 millions de DH)…

    Parmi les autres points votés lors de cette 1re séance de la session de février, une convention liant la commune de Casablanca au ministère de l’Education nationale. En vertu de cet accord, les terrains de sport des établissements publics seront transformés en terrains de proximité.

    4,5 milliards de DH pour la décharge

    Pour établir un centre de tri et de revalorisation sur le site de la décharge de Médiouna, il faudra débloquer un investissement de 4,5 milliards de DH. Ce chiffre, avancé par le président du Conseil de la ville de Casablanca s’appuie sur les résultats d’une étude pilotée par Casa-Prestation. En vertu de la convention, adoptée par les élus et valable pour une durée de 10 ans, le Secrétariat d’Etat chargé du Développement durable débloquera un montant de 1,2 milliard de DH et l’Intérieur 300 millions de DH. Le reste sera financé en partenariat avec le privé dans le cadre d’un contrat de gestion déléguée.

    Aziza EL AFFAS

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc