×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    Défaillances d'entreprises: Première baisse en dix ans

    Par Franck FAGNON | Edition N°:5444 Le 01/02/2019 | Partager
    7.941 entreprises ont fait faillite en 2018, soit un recul de 0,9%
    C'est sans compter les milliers de sociétés en veilleuse
    Faible croissance, délais de paiement longs... le cocktail de tous les dangers
    secteur_entreprises_044.jpg

    Ces deux secteurs subissent de plein fouet les affres de la conjoncture. Cela dit, les défauts y ont reculé en 2018. La baisse atteint 8% dans l'immobilier et 2% dans le commerce

    L'économie parvient difficilement à fabriquer 3% de croissance par an et cela a des répercussions néfastes sur certains de ses acteurs. 7.941 entreprises ont fait faillite en 2018 selon Inforisk. Le nombre de faillites (-0,9%) marque un recul, certes modeste, mais un recul quand même pour la première fois depuis 2009.

    En réalité, les entreprises en cessation de paiement sont bien plus nombreuses. Beaucoup de dirigeants attendent le tout dernier moment pour se présenter devant le tribunal de commerce afin de se placer sous la protection des dispositifs prévus par le livre V du code du commerce relatif au traitement des difficultés des entreprises.

    Le ralentissement de l'activité s'est accompagné d'une dégradation des délais de paiement. Si certaines entreprises sont obligées de tirer sur les délais parce qu'elles-mêmes ne sont pas payées à temps, la pratique est inconvenante de la part d'autres structures, surtout quand ce sont des grands comptes.

    defaiialance_entreprises_044.jpg

    Le nombre de faillites est en légère baisse de 0,9%. En réalité, les entreprises en cessation de paiement sont bien plus nombreuses. Beaucoup attendent le dernier moment pour se présenter devant le tribunal de commerce

    Plusieurs d'entre elles brandissent des distinctions en matière de RSE, mais l'une de leur responsabilité est aussi de ne pas mettre en péril leurs fournisseurs, des PME et TPE essentiellement. A ce jeu, les TPE sont très mal loties. Elles se font payer en moyenne en 267 jours. C'est un accélérateur de défaillances, mais pas le seul.

    La gouvernance, la faible diversification du portefeuille client, le financement... sont d'autres sources de vulnérabilité des TPE qui concentrent 98,5% des défaillances. L'âge médian d'une entreprise défaillante en 2018 était de 4,6 ans. Une grande partie des entreprises démarre avec des fonds propres très faibles, ce qui réduit les chances de dépasser les cinq premières années.

    La moitié des sociétés immatriculées en 2010 avait un capital de départ d’au plus 10.000 DH. Pour 9 entreprises sur 10, la mise initiale est inférieure à 100.000 DH (cf. L'Economiste du 22 avril 2016). Cet handicap restreint considérablement l’accès à certaines sources de financement comme le crédit bancaire.

    delais_paiment_tpe_044.jpg

    Les micro-entreprises se font payer en moyenne en 267 jours, ce qui est au-delà du raisonnable. C'est un accélérateur de défaillances, mais pas le seul. La gouvernance, la faible diversification du portefeuille client, le financement... sont d'autres sources de vulnérabilité des TPE qui concentrent 98,5% des défaillances

    Le relèvement du plafond du microcrédit à 150.000 DH offre de nouvelles options à ces entreprises. Si la mortalité des entreprises touche surtout les petites structures, les conséquences de la faillite d'un grand donneur d'ordre sont plus lourdes, notamment l'impact social. Le cas de la Samir l'illustre bien. A des degrés moindres, trois entreprises dont Mobilia figuraient sur la liste des sociétés défaillantes en 2018.

    Par secteur, les entreprises de l'immobilier et du BTP subissent de plein fouet les affres de la conjoncture. Ces deux secteurs concentrent 35% des faillites. Toutefois, le nombre de défauts y est en recul. Il a baissé de 8% dans l'Immobilier et de 4% dans le BTP.

    Les perspectives dans la construction en général demeurent toutefois mitigées. L'activité resterait en dessous de son potentiel de moyen terme, anticipent les dirigeants. Le commerce dans lequel la sinistralité est aussi élevée a enregistré une baisse de 2% des défauts.

    F.Fa

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc