×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    Cybersécurité: Une enquête mondiale inclut le Maroc pour la 1re fois

    Par Joséphine ADAM | Edition N°:5442 Le 30/01/2019 | Partager
    Bilan annuel sur la sécurité de l’information
    PricewaterhouseCoopers interroge les entreprises marocaines
    cybersecurite_042.jpg

     

    Les entreprises marocaines ont conscience des risques du numérique. La part de leurs budgets alloués à la cybersécurité, par rapport aux budgets IT, étant plus de 2 fois supérieure à la moyenne mondiale. La phase d’investissement est lancée. Elles sont aussi nombreuses à avoir nommé un responsable de la sécurité des SI (RSSI).

    Mais ce contexte favorable n’est pas encore à la hauteur des risques à couvrir. Les entreprises marocaines sont globalement réactives post-incidents ou post-audit, et encore trop rarement proactives. Si les grandes structures gagnent en maturité, la prise de conscience au niveau du management des petites et moyennes entreprises n’est pas encore au rendez-vous.

    Depuis 20 ans, PricewaterhouseCoopers (PwC), l’un des 4 grands cabinets d’audit et de conseil, réalise une étude mondiale sur la sécurité de l’information. En 2018, pour la première fois, cette enquête a inclu le Maroc. Premier constat: les budgets alloués à la cybersécurité sont en hausse, mais restent toutefois insuffisants pour 72% des entreprises marocaines sondées.

    Du coup, 70% jugent que leur stratégie n’est pas implémentée à une vitesse suffisante. D’autant que la cybersécurité est encore perçue comme une problématique technique et non traitée au niveau stratégique des organisations. En effet, la grande majorité des entreprises structurées ont désigné un RSSI rattaché à la DSI, quand la moyenne mondiale privilégie le rattachement à la direction générale.

    Les motivations à engager des dépenses en matière de cybersécurité diffèrent également. La conformité réglementaire étant la principale motivation d’investissement des entreprises au Maroc, quand la moyenne mondiale montre une motivation tournée vers la transformation digitale et donc la transformation du business, et le risque de vols d’information clients/employés.

    Si 70% des répondants au Maroc déclarent avoir détecté moins de 50 incidents de sécurité au cours des 12 derniers mois, principalement via des logiciels malveillants déployés sur les postes de travail, il est utile de rappeler que le Trustwave Global Security Report estime à 71% la part des attaques non détectées à ce jour.

    Rien d’étonnant à voir 83% des CEO des grandes entreprises internationales s’estimer inquiets face à la menace de cybersécurité en 2018. Une menace qui arrive en 4e position de leur préoccupation, alors qu’elle se classait 10e en 2017. Juste avant, en tête de peloton, l’excès de réglementation, le terrorisme, et l’incertitude géopolitique restent les grandes sources d’inquiétude des entreprises à l’échelle mondiale.

    J.A.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc