×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    Appels à projets R&D: Bientôt des fonds pour l’intelligence artificielle et big data

    Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5441 Le 29/01/2019 | Partager
    Quelques écoles et facultés commencent à s’y investir
    53 travaux en sciences humaines et sociales viennent de décrocher des financements
    Ils bénéficieront de 30 millions de DH
    mohamed_khalfaoui_041.jpg

    Le dernier appel à projets en date est celui lié aux sciences humaines et sociales. Une première pour cette discipline. Pour Mohamed Khalfaoui, directeur du CNRST, «soutenir les meilleurs travaux permettra d’insuffler une nouvelle dynamique à la recherche dédiée à cette spécialité» (Ph. Bziouat)

    L’effort de financement de la R&D se poursuit, même si le déblocage de l’argent continue de freiner la bonne marche des projets. En effet, en raison des procédures administratives, le processus peut durer des années! Le dernier appel à projets R&D en date est celui du programme «Ibn Khaldoun» d’appui à la recherche en sciences humaines et sociales, lancé en mai 2018.

    Une première, selon le ministre de l’Education nationale, Saaïd Amzazi. Il assistait dernièrement à la cérémonie de signature des contrats de financement avec les universités et établissements concernés, à la faculté de droit de Salé. 53 projets ont été retenus, avec à la clé, une enveloppe de 30 millions de DH.

    Le mois prochain, un nouvel appel à projets R&D sera ouvert, en faveur de l’intelligence artificielle et du big data. Des secteurs qui émergent à peine au Maroc, mais qui promettent de bouleverser toutes les industries et activités. Quelques grandes écoles et facultés ont commencé à s’y intéresser assez récemment, à l’instar de l’Ecole nationale supérieure d’électricité et de mécanique (ENSEM) à Casablanca, ou encore, l’Iscae. Toutefois, un coup de pouce est nécessaire pour encourager plus d’établissements à s’y investir.

    Le Centre national de la recherche scientifique et technique (CNRST), assurant la gestion du programme Ibn Khaldoun, a piloté les différentes phases de sélection. «Nous avons reçu près de 500 pré-projets qui ont fait l’objet d’une sélection préliminaire. Elle a permis d’en retenir quelque 130», précise Mohamed Khalfaoui, directeur du CNRST. Une deuxième évaluation portant sur des projets complets a permis d’en sélectionner 53. Les évaluations ont été effectuées par les experts du Centre.

    Les travaux présentés ont appréhendé la majorité des thématiques prévues dans le cadre du programme. Il s’agit notamment de la régionalisation avancée et l’égalité territoriale, les études sociologiques sur la diversité linguistique et culturelle au Maroc, les relations maroco-africaines: histoire et avenir, l’immigration et l’intégration dans la société marocaine, la consolidation des valeurs de tolérance et de coexistence pacifique… 

    Les travaux retenus relèvent de différentes universités. Le gros lot revient à celle de Rabat, avec dix projets. Elle est suivie de celle de Casablanca qui en compte six.

    Noureddine EL AISSI

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc