×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    30e Marathon de Marrakech: Les Marocains ont tout raflé!

    Par Joséphine ADAM | Edition N°:5441 Le 29/01/2019 | Partager
    Si l’Ethiopie arrive 1re, la course a été dominée par les runners «maison»
    Affluence record pour cette édition anniversaire
    Seniors, femmes, enfants, personnes en situation de handicap… tout le monde y était!
    marathon-de-marrakech-041.jpg

    L'Éthiopienne Zewdu Asefa Mulunesh remporte le 30e Marathon de Marrakech après 2h 29mn 57s de course. Sur le podium féminin, Fatiha Asmid monte sur la 2e marche avec 2h 30mn 44s au chrono, suivie par Fatiha Ben Chatki (Ph. Mokhtari)

    Affluence record pour le 30e Marathon de Marrakech. Ce dimanche, ils étaient près de 10.000 coureurs pour le rendez-vous sportif de la ville ocre qui fêtait ses trente ans. De nombreux runners étrangers, comme chaque année, et beaucoup de Marocains aussi, surentraînés ou amateurs.

    Des femmes, des enfants, des seniors comme ce Français qui a couru le semi-marathon avec sa tour eiffel de 12 kg sur les épaules. Un peu comme un équilibriste, il a fait sensation sur le parcours. «C’est incroyable ce que les gens apprécient la démarche, ça fait chaud au cœur» confiait le sexagénaire à l’arrivée, très sollicité pour poser sur les photos.

    moulay_elfatmi_041.jpg

    Le handicap mental de Moulay Elfatmi ne l'empêche pas d’exceller. A l’âge de 36 ans, cet habitant du quartier Sidi Youssef à Marrakech est de toutes les courses, cumulant les pelotons de tête et les médailles (Ph. Mokhtari)

    Sans trop de surprise, l’Éthiopien Fikadu Girma Teferi a remporté l’épreuve en 2h 08mn 43s, et, dans la catégorie Femmes, sa compatriote Zewdu Asefa Mulunesh termine la course après 2h 29mn 57s. Sur le podium féminin de ces 42,2 km, des Marocaines. Sur la 2e marche, on retrouve Fatiha Asmid avec au chrono 2h 30mn 44s, suivie en 3e position par Fatiha Ben Chatki et Lalla Aziza Alaoui Selsouli à la 4e place. Belle domination nationale s’agissant du semi-marathon.

    Abderrahmane Kachir remporte l’épreuve en 1h 03mn 59s, suivi de Soufiane Boukantar et Hamza Salhi. Chez les dames, même tendance, avec la Marocaine Hajiba Hasnoui qui arrive première après 1h 10mn 36s de course, suivie de Rkia El Moukim et Kaltoum Bouasayriya.

    De l’avis général, l’événement est chaque année un temps fort de partage et d’entraide. Le public est toujours au rendez-vous pour soutenir les marathoniens, même si le soleil lui n'était pas de la fête en ce dimanche matin. L’occasion de croiser aussi des personnes en situation de handicap, comme Moulay Elfatmi dont le handicap mental ne l'empêche pas d’exceller.

    marathon_de_marrakech_041.jpg

    Ce Français, qui a couru le semi-marathon avec sa tour Eiffel de 12 kg sur les épaules, a fait sensation sur le parcours (Ph. Mokhtari)

    A l’âge de 36 ans, cet habitant du quartier Sidi Youssef à Marrakech est de toutes les courses. Des semi-marathons régionaux aux qualifications pour les Jeux paralympiques à Pékin, Londres et aux Emirats, il ne quitte jamais le peloton de tête. Sa collection de médailles et diplômes étant pour lui son plus grand trésor. Malheureusement, il semble que sa participation aux qualifications pour Tokyo en 2020 soit compromise.

    «C’est ma 4e demande d’inscription auprès de la fédération royale, et toujours pas de réponse. Je n’ai pas d’explication à ce blocage.» déplore-t-il. Celui qui a pour idoles Hicham El Guerrouj et Saïd Aouita espère «avoir de l’aide, trouver des gens pour croire en moi car je sais que je peux tout gagner pour mon pays».

    En attendant, ce sont ses amis qui le soutiennent mais aussi le directeur du Centre national Mohammed VI des handicapés à Marrakech, qui financent ses dossards et même les médicaments dont il a besoin au quotidien. Car Moulay Elfatmi ne veut que courir. «Il faut lui dire qu’il a passé la ligne d’arrivée pour qu’il arrête de courir. Sinon il continue» s’amusent ses amis.

    J.A.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc