×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Télécoms: La bagarre se déplace sur la data

    Par Franck FAGNON | Edition N°:5441 Le 29/01/2019 | Partager
    La croissance exceptionnelle des usages requinque les revenus des opérateurs
    9,4 milliards de DH de revenus additionnels sur la data d'ici 2025 pour Maroc Telecom, prévoit Attijari Global Research
    pacte_data_mobile_041.jpg

    Dans un contexte de forte concurrence notamment des médias sociaux, les opérateurs télécoms retrouvent des couleurs grâce à l'essor de l'usage data. La digitalisation de l'économie et l'évolution des habitudes de consommation devraient accélérer le processus. Au-delà de la compétitivité-prix, la différenciation s'effectuera surtout sur la qualité et l'innovation

    Maroc Telecom va publier ses résultats annuels le 18 février prochain. La première capitalisation boursière (131 milliards de DH) doit confirmer le regain de ses activités, en particulier sur le marché domestique. Chahuté ces dernières années par une forte concurrence, notamment d'acteurs non classiques (médias sociaux) et un environnement réglementaire moins favorable, le groupe retrouve des couleurs grâce en partie à l'essor de la data.

    «Sur les cinq dernières années, même les plus optimistes n'auraient pas parié sur la croissance spectaculaire de la data mobile et de l'internet haut débit», soulignent les analystes d'Attijari Global Research. Entre 2011 et 2017, le parc internet mobile (pour l'ensemble du marché) a été multiplié par 8 à 20,8 millions d'utilisateurs. Les abonnements à l'ADSL ont plus que doublé pour atteindre 1,33 million.

    «La mutation majeure dans le secteur des télécoms devrait s'opérer au niveau de la consommation de la data», prédisent les analystes. Le SMS et les appels voix cèdent du terrain aux applications de messagerie. La généralisation de l'IPTV dans les foyers constitue également une source importante de consommation de data. Le digital façonne les habitudes de consommation des clients et les opérateurs télécoms doivent faire évoluer leur modèle pour répondre aux nouvelles attentes.

    structure_ca_telecom_041.jpg

    Les revenus de données dépasseraient 13 milliards de DH d'ici 2025 (contre 3,7 milliards de DH en 2017) sous l'hypothèse du doublement du parc à 21,2 millions d'utilisateurs et d'une consommation mensuelle par client qui passerait de 2 à 6 Go

    La digitalisation de l'économie peut représenter un gisement de croissance pour les telcos à condition d'accélérer les investissements. «Le déploiement de la data et de l'internet haut et très haut débit nécessita des investissements lourds notamment dans les fibres optiques, les câblages spécifiques, les nouvelles technologies... L'effort d'investissement restera le nerf de la guerre au sein du secteur», analyse Attijari Global Research.

    Au-delà de la taille du parc, Maroc Telecom a aujourd'hui l'avantage de la couverture réseau. Ces facteurs lui permettraient de capter une bonne partie de la croissance du marché. Les revenus de données dépasseraient 13 milliards de DH d'ici 2025 (3,7 milliards de DH en 2017) sous l'hypothèse du doublement du parc à 21,2 millions d'utilisateurs et d'une consommation mensuelle par client qui passerait de 2 à 6 Go. Ces prévisions se basent aussi sur l'existence d'un réseau de qualité. Au-delà de la compétitivité des offres, l'arbitrage entre les différents acteurs s'opérera surtout à ce niveau.

    En attendant, Maroc Telecom, le seul acteur coté en Bourse, devrait dégager des bénéfices en hausse de 6,9%  à 6,1 milliards de DH pour un chiffre d'affaires consolidé de 36 milliards de DH en augmentation de 3,3% selon les projections d'Attijari Global Research.

    Les revenus au Maroc progresseraient de 3,3% à 21 milliards de DH alors qu'ils s'amélioreraient de 4,9% à l'international à 15 milliards de DH. Les activités du groupe dégageraient un excédent brut d'exploitation de 17,9 milliards de DH (+4%) soit une marge d'EBE de 49,5%.

    F.Fa

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc