×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Casablanca-Settat: La campagne agricole poursuit son rythme de croisière

    Par Jamal Eddine HERRADI | Edition N°:5440 Le 28/01/2019 | Partager
    La superficie a atteint 1.177.782 ha
    891.000 ha en céréales d’automne déjà emblavés
    38.000 ha consacrés aux maraîchages et 34.432 ha aux arbres fruitiers
    casa_settat_agriculture_040.jpg

    La plus grande superficie a été réservée, comme chaque année, au blé tendre. Ce sont ainsi 375.000 (299.106 ha lors de la précédente campagne)qui ont été cultivés en cette céréale

    L’important déficit pluviométrique enregistré en décembre dernier aura-t-il un effet négatif sur la campagne agricole 2018-2019? A en croire fellahs et responsables, la situation n’était pas aussi alarmante que cela et l’arrivée des pluies la troisième semaine de janvier va combler ce déficit. Comme quoi, tous les espoirs sont encore permis, du moins chez les optimistes parmi les agriculteurs qui continuent à y croire.

    A cela, plusieurs raisons. D’abord, des conditions climatiques très favorables jusqu’à début décembre. En effet, la moyenne cumulée des précipitations (au 27 décembre 2018) a été de 194 mm. Soit 137% de mieux qu’au cours de la même période de la campagne 2017-2018 qui n’a enregistré qu’une moyenne de 82 mm. Et c’est aussi 17% de plus qu’une campagne normale (166 mm).

    Ensuite, les services compétents font état d’une bonne répartition spatio-temporelle des précipitations. Toute la région a été bien arrosée d’autant plus que les pluies ont coïncidé avec la période de semis des cultures d’automne. Enfin, une grande action d’incitation aux semis précoces des céréales et légumineuses a été menée par les services de la Direction régionale de l’agriculture (DRA Casablanca-Settat) auprès des fellahs.

    Il faut y croire jusqu’au bout. C’est le maître-mot privilégié par les responsables de cette direction. En effet, déjà, ils  n’ont pas attendu l’arrivée des pluies pour se préparer à la campagne agricole 2018-2019. D’importantes mesures ont, ainsi, été prises en amont pour assurer sa réussite.

    On a veillé à la disponibilité des semences sélectionnées et des engrais, tout autant qu’à l’organisation de plusieurs rencontres sous forme de journées d’information et de sensibilisation au profit des agriculteurs de toute la région. Objectif: encourager le recours et l’approvisionnement en intrants agricoles (semences et engrais).

    Au cours du seul mois de novembre, il a été constaté une réelle frénésie de l’activité agricole juste après les premières pluies. Les agriculteurs se sont, en effet, approvisionnés en semences sélectionnées et en engrais après avoir préparé leurs sols. Ces conditions favorables les ont encouragés à réaliser les opérations de préparation des champs et des semis.

    Une superficie totale de 891.000 ha en céréales d’automne a déjà été emblavée dont 85.700 ha en irrigué. Une superficie de 736.515 ha a été réservée aux céréales d’automne dont 48.227 ha en irrigué. Quelque 50.650 ha sont consacrés aux  légumineuses et 91.000 ha aux cultures fourragères dont 18.000 ha irrigués. A cela, il faut ajouter 1.050 ha qui ont été réservés aux cultures oléagineuses, 38.000 ha consacrés aux maraîchages et 34.432 ha aux arbres fruitiers.

    Au total, la superficie cultivée au titre de la campagne agricole 2018-2019 a atteint 1.177.782 ha. Les plus grandes superficies des céréales d’automne ont été semées en blé tendre (375.000 ha). Le blé dur l’a été sur  231.000 ha, alors que 285.000 ha ont été réservés à l’orge.

    Selon la Direction régionale de l’agriculture de Casablanca-Settat, les travaux mécaniques de préparation des sols ont été effectués sur une superficie globale de 1.254.570 ha. On peut ainsi constater que le labour mécanique est presque généralisé dans la région.

    En effet, seulement 13.100 ha ont été labourés par traction animale. Ce qui montre une importante amélioration des techniques de préparation des sols et par conséquent un grand pas vers la mécanisation et donc la modernisation de l’agriculture marocaine. Globalement, au 27 décembre dernier, les réalisations en céréales d’automne ont atteint 887.770 ha, presque la totalité du programme (99,64%).

    Il faut noter que, dans le cadre des mesures prises par l’Etat au début de la campagne agricole se rapportant à la disponibilité des facteurs de production, principalement les semences sélectionnées des céréales, une quantité importante était mise à la disposition des agriculteurs au niveau de 90 points de vente répartis dans la région. Sur la quantité disponible de semences sélectionnées (354.857 quintaux), 192.485 quintaux ont déjà été commercialisés.

    Un programme de multiplication des semences des trois principales céréales (blé tendre, blé dur et orge) a été mis en place sur une superficie de 17.000 ha. Sa réalisation permettra d’assurer la disponibilité des semences sélectionnées pour la prochaine campagne agricole.

    Betterave à sucre

    Au 16  janvier 2019, les niveaux des réalisations des cultures sont très satisfaisants. En zone de grande hydraulique, le programme arrêté en début de campagne (17.000 ha) a été dépassé avec une superficie réalisée de 19.190 ha totalement en monogerme avec labour et semis mécaniques. Soit un dépassement de 13% par rapport au programme et 7% par rapport à la campagne agricole précédente (17.890 ha). La disponibilité d’eau d’irrigation a été à l’origine de cette situation. La culture est en bon état et elle est actuellement au stade végétatif. Son rythme de croissance se maintient depuis le début de la campagne agricole grâce à la disponibilité de l’eau dans les secteurs irrigués de la grande hydraulique. Elle bénéficie également d’irrigations régulières (3 à 5 selon la période de semis et systèmes d’irrigation de surface, par aspersion ou au goutte-à-goutte).
    Pour cette culture, les facteurs de production (semences et engrais) ont été mis à la disposition des agriculteurs à partir de septembre 2018. La qualité des engrais distribués aux producteurs a été rigoureusement contrôlée à travers plusieurs opérations d’analyse et de contrôle effectuées par le Comité technique de la betterave à sucre auprès des sociétés de distribution. Ces opérations de contrôle ont démontré la conformité de tous les échantillons aux normes contractuelles. Des journées de sensibilisation ont été également organisées dans le cadre de la formation technique des agriculteurs aux opérations de semis et fertilisation.
    En outre, la région a connu un progrès significatif en termes de mécanisation des opérations de labour et de semis. En effet, la superficie labourée mécaniquement représente plus de 90% de la superficie totale labourée au niveau de la région.

                                                                  

    Dotation pour les secteurs irrigués

    irriguation-barrage-040.jpg

    La réserve en eau du complexe hydraulique Al Massira-Al Hansali a été, au 27 décembre dernier, de l’ordre de 1,19 milliard de m3. Ce qui représente une augmentation de 62% par rapport à celle enregistrée à la même période une année auparavant (737 millions de m3).

    La dotation en eau d’irrigation allouée au périmètre irrigué des Doukkala-Abda pour cette campagne est de 260 millions de m3, soit une diminution de 48% par rapport à celle allouée au titre de la campagne agricole précédente (504 millions de m3). Cette dotation représente une grande sécurité pour les secteurs irrigués.

    Pour rappel, la zone Chaouia-Ouardigha relevant de la Région Casablanca-Settat, compte une importante réserve en eaux superficielles. Il s’agit d’abord d’oued Oum Rabiâ qui en traverse le territoire.

    Quatre grands barrages sont édifiés sur cet oued: Al Massira (une retenue de 2,8 milliards de m3), Daourat (26 millions de m3), Imfout (25 millions de m3) et Sidi Maâchou. Quant au réseau hydrographique du bassin Chaouia, il est composé des oueds côtiers atlantiques (Ikem, Cherrat, N’Fifikh et El Mellah) et des oueds drainant le plateau des phosphates (El Himmer, Mazer, Tamdrost, Boumoussa, Bouskoura et Merzeg).

    En plus, la pluviométrie moyenne cumulée jusqu’au 16 janvier est de 194 mm, soit un surplus de 42% par rapport à la campagne précédente (136 mm) et un déficit de 2% par rapport à la moyenne pluriannuelle. Cette pluviométrie s’est caractérisée par une bonne distribution et une bonne régularité au cours des mois d’octobre et de novembre 2018. Toutefois, une absence de précipitation a été enregistrée au cours de la deuxième quinzaine de décembre 2018 et s’est prolongée jusqu’au début de la troisième semaine de janvier 2019.

    Jamal Eddine HERRADI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc