×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Oujda lance un nouveau concept de villas finies

    Par Ali KHARROUBI | Edition N°:5439 Le 25/01/2019 | Partager
    Des villas à 690.000 DH pour casser la spéculation et le monopole
    Le concept sera généralisé à Casablanca, Dakhla et Saïdia
    villas_orientals_039.jpg

    Le rush pour les villas finies à 690.000 DH témoigne de l’attente exprimée par la classe moyenne et les fonctionnaires (Ph. A.K)

    Après avoir lancé le programme mini-villa à 250.000 DH sur 70m2 en 2016, le groupe Aakar Chark met sur le marché de l’immobilier un nouveau produit: une villa finie R+1 à 690.000 DH. Une construction qui s’étale sur 163 m2 avec 3 salons, 3 chambres, 3 salles de bain et 2 jardins.

    Cette nouvelle offre cible les petits fonctionnaires et la classe moyenne. Elle répond également à une demande de plus en plus croissante, mais confrontée à la cherté de l’immobilier. La tendance des maisons indépendantes est haussière par rapport aux appartements. Attente que n’assure pas l’offre des grandes entreprises immobilières qui focalisent sur la vente des appartements.

    S’y ajoute l’engouement pour les emplacements périphériques qui respectent les exigences et commodités de constructions modernes (alliant architecture marocaine, concepts modernes et infrastructures de qualité). C’est la nouvelle tendance pour les habitants de la capitale de l’Oriental.

    De fait, le nombre de transactions a augmenté durant l’année 2018 pour «Aakar Chark», malgré le repli, de 4% que connaît le secteur dans sa globalité. La société, qui commercialise plusieurs types de villas, vient d’être primée par le trophée de la qualité du logement en 2018.

    Un prix décerné par le ministère de l’Aménagement du territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la ville, qui récompense les entreprises innovantes. «Nous souhaitons faire de même, avec notre nouvelle offre villas finies, car notre objectif est de proposer des habitations de qualité à toutes les bourses et de se comporter en entreprise citoyenne qui ne fait pas des gains vertigineux son but final», précise Hicham Essghir, directeur général d’Aakar Chark.

    La réussite de ces deux offres a encouragé la société à lancer, dès le début de cette année, deux nouveaux produits: des villas jumelées sur 300 m2 à 1,3 million de DH et des villas haut standing sur 1.500 m2 ou 2.000 m2 avec piscine et grand jardin à moins de 3 millions de DH.

    Une réussite qui a encouragé cet opérateur immobilier à lancer ses produits à Bouskoura à Casablanca, Dakhla et Saïdia. 500 mini-villas, villas moyens et haut standing sont programmées à Dakhla pour 2019. C’est le cas aussi à Bouskoura, avec la commercialisation d’un millier de logements programmées pour 2019. L'assiette financière étant acquise, le produit est en phase d'autorisation. A Saïdia, des villas balnéaires sont également prévues.

    Reste à préciser que l’offre de Dakhla s'inscrit dans le cadre d’un partenariat entre les conseils provinciaux d’Oujda et de Dakhala, dans le but de généraliser la tendance de villas économiques et sociales: un pied de nez à la crise et aux spéculateurs.

    De notre correspondant permanent, Ali KHARROUBI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc