×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Casablanca/Ancienne médina: 3.000 habitats menaçant ruine intra-muros

    Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5438 Le 24/01/2019 | Partager
    Le recensement des ménages occupant ces demeures sera lancé
    Une étude technique déterminera celles à démolir ou à conforter
    L’agence urbaine supervise l’opération
    casa-effondrement-de-maison-038.jpg

    Chaque hiver, les constructions anarchiques de l’ancienne médina, vieilles de plusieurs décennies, s’effondrent comme des châteaux de cartes, entraînant dans leur sillage les maisons avoisinantes (Ph. L’Economiste)

    L'Agence urbaine de Casablanca (AUC) vient de lancer un appel d’offres pour la sélection d’un prestataire chargé de l’accompagnement social des ménages occupant des constructions menaçant ruine à l’ancienne médina de Casablanca.

    L’opération, qui entre dans le cadre du projet de réhabilitation et de mise à niveau de l'ancienne médina intra-muros (3e programme), cible particulièrement les habitants de 3.000 constructions menaçant ruine. L’ouverture des plis, pour ce marché estimé à près de 4,5 millions de DH, est prévue le 12 février prochain.

    Le cabinet sélectionné aura pour mission de recenser les ménages occupant les constructions menaçant ruine, d’établir un diagnostic, un état des lieux, ainsi que l’enquête sociale et base de données de ces ménages. L’adjudicataire devra également élaborer un rapport d’établissement avec la méthodologie d’intervention, lancer une campagne d'information et de sensibilisation des ménages et accompagner les ménages concernés. L’opération est prévue sur une durée de 3 ans.

    «Nous sommes en train de travailler sur 2 volets en parallèle», explique Azzeddine Hafif, chef de la direction foncière et de l'aménagement. Le premier ayant trait à l’aspect social de cette opération, dont l’appel d’offres est déjà lancé.

    Quant au second, il concerne l’aspect technique (étude et expertise sur les constructions). L’appel d’offres relatif à ce dernier volet sera publié incessamment. Cette mission sera axée sur le recensement des habitations menaçant ruine.

    «Elle devra déterminer à terme les constructions à démolir, à conforter ou à étayer», poursuit Hafif. A préciser que cette opération concerne les habitations situées intra-muros. Elle se distingue donc des opérations de relogement menées par la Sonadac, filiale de la CDG qui gère la libération du tracé de l’avenue royale.

    Pour rappel, le programme de réhabilitation de l’ancienne médina de Casablanca, lancé dès 2010, comporte 3 programmes. Le premier, déjà finalisé, avait trait à la mise à niveau des infrastructures, la restauration des murailles, des équipements et des places. Le second programme a porté, lui, sur l’amélioration des conditions de vie et d’habitat, la promotion de l’activité commerciale, artisanale et touristique.

    Quant au troisième, il concerne le traitement de l’épineuse question des constructions menaçant ruine. En effet, chaque année, notamment à la saison pluviale, les constructions de l’ancienne médina s’effritent faisant des victimes auprès de cette population, qui vit dans la précarité.

    La métropole compte, à elle seule, près de 2.300 constructions qu’il faut démolir d’urgence et 9.350 bâtisses qui nécessitent des travaux de réfection. Au total, l’on estime à plus de 10 milliards de DH le montant global du budget pour restaurer l’ensemble de ces édifices.

    Aziza EL AFFAS

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc