×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    Enseignement: Qu’est-ce qui influence l’apprentissage

    Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5438 Le 24/01/2019 | Partager
    Le niveau d’instruction et le statut professionnel des parents très décisifs
    Les élèves encore sous équipés en ordinateurs
    Les enfants du monde rural moins lotis que leurs camarades urbains

    En dépit des efforts menés depuis quelques années, l’abandon scolaire et l’absentéisme continuent de constituer un des principaux dysfonctionnements du système éducatif. Un constat confirmé par les résultats du dernier classement PIRLS. Si 69% de cette population a déclaré ne jamais s’absenter des cours, 12% avouent «sécher les cours» au moins une fois par semaine.

    Dans les détails, le rapport élaboré par l’Instance d’évaluation, relevant du Conseil supérieur, sur la base des résultats du classement PIRLS, a mis l’accent sur une série de facteurs décisifs dans le processus d’apprentissage des enfants. Globalement, deux grandes tendances se dégagent: 67% des variations du niveau d’apprentissage sont liées à des facteurs propres à l’élève, alors que 33% sont relatives à l’influence de l’environnement scolaire.

    Par exemple, «les élèves issus de familles pauvres ont des résultats moins bons que leurs camarades», peut-on lire dans ce document. Il en ressort également que le niveau d’instruction des parents est décisif. Plus ils ont un niveau élevé, plus les résultats de leurs enfants sont meilleurs.

    En 2016, 63% des parents d’élèves marocains sont sans aucun niveau scolaire. 11% ont à peine le niveau d’études secondaires. La même relation est également valable pour le statut professionnel des parents. 65% des parents d’élèves marocains sont des travailleurs non qualifiés ou sont sans emploi. «Leurs enfants obtiennent des notes moins élevées que leurs camarades de classe», est-il indiqué.

    Autre facteur déterminant, le niveau d’apprentissage des élèves: l’accès aux équipements d’information. En dépit des tentatives de la digitalisation de l’enseignement, notamment à travers certains programmes de soutien aux élèves et étudiants pour l’acquisition d’ordinateurs, cette catégorie reste encore sous-équipée.

    Selon le rapport de l’Instance d’évaluation, 57% des élèves ne disposent ni d’un ordinateur ni d’une tablette. Les foyers de 69% de cette population ne sont pas non plus connectés à internet. Idem pour l’accès aux livres dans leurs lieux d’habitation. 68% des élèves ont déclaré disposer de moins de 10 livres dans leurs bibliothèques personnelles.

    Seuls 9% ont assuré avoir accès à plus de 100 ouvrages. Ce qui montre le gap à résorber, afin de réussir la réforme en cours de l’enseignement. Surtout que «l’accès à ces ressources éducatives, à domicile, est déterminant dans l’obtention de bons résultats à l’école».

    Les données du rapport de l’Instance d’évaluation ont également mis l’accent sur la persistance des disparités territoriales. Les élèves issus des zones rurales enclavées ont des résultats moins élevés que ceux vivant en milieu urbain. L’écart atteint 83 points entre les deux milieux, selon les résultats du classement PIRLS.

    Autre élément décisif: la nature de l’établissement scolaire. Les élèves du privé ont des résultats plus importants que ceux du public, avec une différence de 121 points. D’où l’évolution de la part des inscrits dans les établissements privés par rapport au public, passant de 9% en 2011 à 15% en 2016. L’engouement pour les écoles privées est également lié à leurs ressources et équipements éducatifs, contrairement à celles publiques.

    Ce rapport montre, par exemple, que 63% des élèves marocains ne disposent pas d’une bibliothèque dans leur école. C’est le taux le plus élevé parmi tous les pays participant au classement PIRLS. Conclusion: «Les élèves ayant obtenu les meilleurs résultats sont ceux étudiant dans des établissements disposant de la meilleure logistique en termes de bibliothèques et d’équipement informatique».

    Quid de la sécurité des élèves

    Les agressions contre les élèves ou même des instituteurs défrayent la chronique régulièrement, au point d’être banalisées. Selon les résultats du classement PIRLS, 9% des élèves marocains étudient dans des établissements marqués par une faiblesse de la sécurité et de l’ordre. Au niveau international, la moyenne est de seulement 3%. Cela réduit le niveau de leur apprentissage de 52 points par rapport aux enfants ayant accès à des établissements avec un niveau élevé de sécurité.

    Niveau d’instruction des parents d’élèves

    • Licence/Master/Doctorat: 8%
    • Post-bac: 6%
    • Lycée: 10%
    • Collège: 11%
    • Sans aucun niveau d’instruction: 63%

    Des écoles faiblement équipées

    • 63% des élèves ne disposent pas d’une bibliothèque dans leur école
    • 67% des élèves ne disposent pas d’un ordinateur dédié à leur enseignement
    • 7% seulement des élèves ont accès à des livres numériques

    M.A.M.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc