×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    Salaires: «La structure de rémunération devra changer!»

    Par Ahlam NAZIH | Edition N°:5436 Le 22/01/2019 | Partager
    A l’avenir, plus de travailleurs payés à la tâche, moins de permanents
    Les salaires variables se généraliseront

    «Le futur est déjà là et on le voit. Dans les cinq prochaines années, le changement sera exponentiel. Il deviendra un statut constant!», relève Ahmad Waarie, directeur général de Willis Towers Watson Moyen-Orient. Il intervenait mardi dernier à Casablanca, à l’occasion de la conférence annuelle du cabinet LMS, autour de l’avenir du travail.

    Intelligence artificielle, robotisation, machine learning… la 4e révolution industrielle est en marche, et elle impliquera des changements profonds dans l’organisation du travail. «La notion de carrière tendra à s’effacer. Pour la génération Z, elle n’est déjà plus très importante.

    A l’avenir, c’est l’expérience qui comptera», souligne Waarie. Selon l’expert RH, les entreprises seront plus à la recherche de travailleurs exécutant des tâches ou missions particulières. Il ne sera donc plus question de jobs, mais de tâches. Cela conduira à une nouvelle structure de rémunération, où la part du variable sera prépondérante. Elle dépendra de la valeur ajoutée apportée à l’entreprise.

    Pour leur part, les salariés seront de plus en plus mobiles et autonomes. La technologie permettra aux recruteurs de chercher des talents partout dans le monde, même dans les endroits les plus reculés. 

    De nouveaux métiers émergeront. Selon une étude de Dell, publiée en 2017, 85% des emplois de 2030 n’existent pas encore. «65% des enfants qui partent  à l’école occuperont à l’avenir des emplois qui n’existent pas aujourd’hui», relève le DG de WTW Moyen-Orient. Des postes comme «architecte de la culture virtuelle», «intégrateur de données, talents et intelligence artificielle», «évaluateurs en éthique de l’IA, formateur de robots», «concepteur de cyber-écosystèmes»…

    En revanche, des fonctions seront inéluctablement détruites, car obsolètes. Les métiers des services financiers sont les plus concernés. Selon WTW, 54% des postes de ce secteur seront supprimés dans les vingt prochaines années. De nombreux chamboulements se préparent, et les entreprises, plus particulièrement les fonctions RH, devront s’y préparer.

    A.Na

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc