International

Défaillances d’entreprises: Le warning se poursuit

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5430 Le 14/01/2019 | Partager
Il faudrait s’attendre à une hausse en 2019, selon Euler Hermes
L’économie mondiale croît trop lentement
La Chine en première ligne, le Maroc n’est pas épargné
defillance_entreprises_003.jpg

Le taux de défaillance est l’un des indicateurs de l’état de santé d’un pays. Selon Euler Hermes, les défaillances d’entreprises vont à nouveau croître à l’échelle mondiale en 2019 (+6%). Le ralentissement de l’économie (avec une croissance attendue à +3% en 2019, après +3,1% en 2018 et +3,2% en 2017) est l’une des causes de cette hausse.

Le spécialiste de l’assurance-crédit estime que la croissance du PIB ralentira aux Etats-Unis (+2,5% en 2019 après +2,9% en 2018), en zone euro (+1,6% en 2019 après +1,9% en 2018) et en Asie (+4,8% en 2019 après +5,1% en 2018). Selon l’indice mondial, le Maroc figure sur la liste des pays qui enregistreront une détérioration (voir illustration). Les défaillances d’entreprises vont y augmenter de 4% en 2019.

De fait, cette décélération de l’activité économique accroît la vulnérabilité économique des entreprises, coincées entre des coûts fixes élevés, des stocks qui peinent à s’écouler et plus généralement des problèmes de besoins en fonds de roulement. Dans le même temps, le resserrement des conditions de financement fragilise les secteurs et les entreprises les plus endettés.

Cette année, de nombreux pays, et notamment les plus développés, n’atteindront pas le rythme de croissance nécessaire pour stabiliser le nombre du phénomène. La tendance haussière se poursuivra dans 2 pays sur 3 en 2019 (contre 2 pays sur 5 en 2018). Dans le même temps, le nombre sera plus élevé cette année que sur la période 2003-2007 (moyenne d’avant-crise) dans 1 pays sur 2.

Par ailleurs, les pays qui ont enregistré une forte dynamique de création d’entreprises lors des années précédentes connaîtront un surplus de faillites lié à la surmortalité des jeunes entreprises. Les sociétés les plus jeunes sont en effet moins solides, et donc plus vulnérables au ralentissement conjoncturel.

Cette recrudescence en Chine continue d’alimenter la tendance régionale et mondiale. En effet, en 2018, le nombre y a cru de +60%, après +74% en 2017, des rythmes extrêmement élevés. En 2019, la tendance devrait se poursuivre (+20%).

«Tout d’abord, parce que l’économie chinoise connaît des ajustements (croissance du crédit, Initiative Belt and Road, conflit commercial) et est en plein atterrissage. Ensuite, parce que les autorités chinoises ont décidé de supprimer les entreprises zombies détenues par l’Etat (entreprises publiques non viables sans soutien gouvernemental», expliquent les économistes.

                                                                 

Trois facteurs inquiétants

EN 2018, comme en 2017, les défaillances d’entreprises à l’échelle mondiale ont augmenté, suite à 7 années consécutives de repli.

En effet, selon l’étude menée par Euler Hermes, qui couvre 43 pays représentant 83% du PIB mondial, cette tendance a crû de +10% dans le monde l’an passé (+6% en 2017). Trois facteurs expliquent cette hausse: un environnement macro- économique affaibli dans certains pays, la mise en place de nouvelles procédures et le nettoyage des registres de commerce dans d’autres pays et une plus forte utilisation des procédures de dépôts de bilan en Chine.

Fatim-Zahra TOHRY

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc