×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    Matériaux de construction: 2019 sera-t-elle l’année de la reprise?

    Par Nadia DREF | Edition N°:5427 Le 08/01/2019 | Partager
    Les opérateurs misent sur la commande publique
    Mise en œuvre du contrat-programme FMC, restructuration… les objectifs fixés
    ventes_ciments_027.jpg

    Le marché cimentier continue de fléchir. A ce jour, les ventes de 2018 n’ont pas été dévoilées par l’Association professionnelles des cimentiers (APC). Les premières indiscrétions parlent d’un volume de moins de 13 millions de tonnes

    Relance de la commande publique, reprise des chantiers, restructuration, lancement des écosystèmes… Les industriels des matériaux de construction ont tous les yeux rivés sur 2019. En adoptant une meilleure gestion et en réduisant leur volume de production, les opérateurs misent davantage sur la qualité et l’innovation.

    «En 2018, il y a eu des réductions de capacités mais aucune fermeture d’usines. Au contraire, plusieurs investissements sont dans le pipe dont la majorité concerne les produits en béton», précise David Toledano, président de la Fédération des matériaux de construction (FMC). La relance de la commande publique est également d’actualité.

    L’attribution de plusieurs marchés (ONEE, OCP, Al Omrane…) a ravivé les espoirs face au manque de visibilité de la part des promoteurs immobiliers. Les secteurs du BTP ou de l’ingénierie dépendent à plus de 75% des commandes directes ou indirectes de l’Etat. Des marchés qui étaient déjà annoncés pour 2018 et qui accusent beaucoup de retard.

    La reprise de l’immobilier tant attendue par les industriels des matériaux de construction risque de tarder un peu. Il faudra encore du temps avant la mise en œuvre du plan de relance de l’habitat annoncé par le ministre Abdelahad Fassi Fihri. Comme attendu, l’année 2018 a été négative pour le secteur.

    Le département de l’Habitat a dressé un bilan peu reluisant. Baisse des transactions, hausse des prix… Le marché immobilier est en pleine léthargie. Ceci malgré l’avènement de produits de la finance participative. Une baisse de la production de logements et des unités mises en chantier est observée depuis l’année 2015. Le programme de logements sociaux a largement atteint sa maturité.

    En 2018, le secteur a drainé 20% des dépenses fiscales contre 25,4% en 2017. Ces dépenses ont totalisé 8,48 milliards de DH en 2017 contre 7,65 milliards en 2016, soit une hausse de 10,8%. En plus des ressources mobilisées dans le budget général de l’Etat, les aides budgétaires à partir du Fonds solidarité habitat et intégration urbaine (FSHIU) se sont élevées à près de 22 milliards de DH sur la période 2002-2017, précise la direction du budget.

    Ces subventions sont destinées principalement aux programmes de résorption de l’habitat insalubre et d’amélioration du cadre de vie des ménages vulnérables. Entre 2006 et 2017, l’emploi dans le secteur du BTP maintient une tendance annuelle positive oscillant entre 800.000 et plus de 1 million de personnes employées.

    Nadia DREF

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc