×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Les Bourses mondiales dépriment toujours

    Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5424 Le 03/01/2019 | Partager
    Vers un rallye sur les marchés financiers
    bourse_mobdiales_024.jpg

    La Bourse de Paris évoluait en forte baisse, mercredi 2 janvier 2019, peu après l'ouverture (-2,33%). Elle est rattrapée par les craintes de ralentissement économique mondial, dans un contexte marqué par de nombreuses incertitudes politiques. Hier dans la matinée, l'indice CAC 40 perdait 101,35 points à 4.620,34 points.

    Lundi, il avait terminé une année 2018 difficile sur une hausse de 1,11%. Le CAC 40 subit une baisse plus marquée que certains de ses homologues européens du fait qu'il fut «l'un des seuls grands marchés ouverts lundi», selon des experts. 2018 a été difficile pour toutes les places boursières. Et la déroute se poursuit sur les marchés en ce début d’année (voir illustration).

    «Le niveau très déprimé des marchés financiers aux Etats-Unis et dans la zone euro, est compatible avec l’hypothèse d’une récession en 2019. Or, nous pensons qu’il y aura ralentissement cyclique et non récession», précisent les experts de Natixis dans la note économique «Vers un rallye sur les marchés financiers en 2019».

    Plusieurs facteurs y contribuent. Ceci est dû d’abord à «ce que les marchés financiers surestiment les risques (Brexit, guerre commerciale, Italie, recul de la liquidité, leverage des entreprises), aussi à ce que les marchés financiers croient que certains pays (Italie) peuvent sortir de l’euro, ce qui est impossible». Il est dû aussi à «ce que des facteurs nombreux de soutien de l’activité ne sont pas pris en considération par les marchés financiers (taux d’intérêt bas, politiques budgétaires expansionnistes, absence d’inflation et hausse de la profitabilité des entreprises, solidité de la situation financière des entreprises)».

    «Lorsque les investisseurs passeront d’un scénario de crise à un scénario de ralentissement cyclique, il y aura rallye sur les marchés financiers avec recul fort de toutes les primes de risque…», notent les experts.

    F. Z. T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc