Competences & rh

INSAF: S’en sortir grâce au sport

Par Ahlam NAZIH | Edition N°:5423 Le 02/01/2019 | Partager
Une dizaine d’ex petites bonnes invitées au lycée Lyautey
Une rencontre inspirante avec une sportive américano-nigériane

Hafida, Kabira, Ghizlane, Karima, Nadia… Une dizaine d’adolescentes de 12 à 17 ans ont fait le déplacement de la région d’Al Haouz à Casablanca, le 17 décembre dernier.

Destination: le lycée Lyautey, pour participer à un évènement organisé par l’établissement français et la marque Nike, afin de sensibiliser à l’importance du sport comme vecteur de réussite. Leur particularité? Ce sont des ex petites bonnes, sauvées du travail domestique par l’association INSAF, et réinsérées à l’école. Quelque cinq jeunes mamans célibataires ont, également, pris part à la rencontre.

L’initiative rentre dans le cadre d’un projet solidaire, sportif et citoyen, auquel sont associés l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE), le Marathon des Sables (MDS) et INSAF. «Les valeurs du sport, ce sont celles que nous développons à l’école: La volonté, le dépassement de soi, le courage, la convivialité… Il nous a semblé important de les partager, notamment avec les jeunes filles», a relevé le proviseur du lycée Lyautey, Claude Thoinet. 

Les jeunes filles ont pu rencontrer les élèves de plusieurs établissements de la mission française (l’école Claude Bernard, le collège Anatole France et le lycée Lyautey), ainsi que d’un collège public marocain. Elles ont aussi assisté au témoignage d’une sportive de haut niveau, Simidele Adeagbo, ex athlète américano-nigériane, devenue skeletoneuse.

La sportive engagée a fait du développement du leadership chez les jeunes filles à travers le sport sa mission.  Autre rencontre inspirante, celle avec l’animateur vedette de la chaîne 2M, Hicham Masrar. Issu d’un milieu modeste, Hicham s’est battu toute sa vie pour réaliser ses rêves. Pour lui, le sport a été un véritable moteur  de réussite.

Les jeunes adolescentes, sorties de l’enfer, sont timides, mais fortes et décidées à s’en sortir. Karima, 14 ans, de Imintanoute, a eu 14,5/20 à la première année du collège l’an dernier. Elle rêve de devenir avocate. Nadia, 16 ans, souhaite devenir médecin, et Kabira, 15 ans, se verrait bien enseignante.

A.Na  

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc