×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Tourisme: Fès termine l’année en beauté

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5423 Le 02/01/2019 | Partager
    Hausse des arrivées touristiques et des nuitées
    Plus 20% en 2018, grâce aux marchés traditionnels
    Dessertes aériennes, promotion, éductours… en priorité
    tourisme-023.jpg

     Les touristes restent éblouis devant la splendeur des monuments de l’ancienne médina de Fès. Ci-contre la place Nejjarine et son musée restauré grâce à la Fondation Mohamed Karim El Amrani (Ph YSA)

    Les professionnels du tourisme à Fès affichent bonne mine. «L’année 2018 a enregistré une hausse remarquable tant au niveau des arrivées qu’au niveau des nuitées», indique Aziz Lebbar, président du CRT de Fès. En chiffres, la destination a terminé l’année avec une hausse d’au moins 20% par rapport à 2017. Ainsi, plus de 1,2 million de nuitées ont été enregistrées au niveau des établissements touristiques classés de la capitale spirituelle.

    Selon les statistiques de l’Observatoire National du Tourisme (ONT), «les nuitées touristiques ont connu une hausse de 18% à fin octobre, en comparaison avec la même période de l’année précédente». Rien que pour les dix premiers mois de 2018, quelque 913.000 nuitées ont été enregistrées, contre 771.597 nuitées durant la même période de l’année 2017. 

    En outre, les arrivées ont atteint 489.286 à fin octobre, contre 407.815 durant la même période de l’année d’avant, soit une hausse de 20%. «Pour sa part, la durée moyenne de séjour s’établit à 2 jours… et reste inchangée par rapport à 2017», souligne l’ONT. La même tendance a été observée durant les mois de novembre et décembre.

    «Cette fin d’année était exceptionnelle. C’est la haute saison pour la cité millénaire», estime Lebbar. Selon lui, cette performance touristique s’explique principalement par la hausse enregistrée par les marchés émetteurs, dont l’Italie, la Chine, les USA, l’Espagne, l’Allemagne, la France et les Pays-Bas, ainsi que les pays arabes.

    «Les touristes de ces différents marchés émetteurs restent éblouis devant la beauté de la médina de Fès et son renouveau. Nous disposons d’un patrimoine historique inégalé vivement recommandé», renchérit le patron du CRT. Ce dernier entend promouvoir les atouts de la cité Idrisside, ses monuments et son artisanat afin d’attirer plus de touristes en 2019. Pour y parvenir, Fès compte sur l’appui des médias.

    A ce propos, le dernier congrès de la Fédération internationale des journalistes et écrivains du tourisme (FIJET) et l’Association marocaine des journalistes et écrivains du tourisme, était l’occasion de promouvoir la capitale spirituelle auprès de 120 représentants de la presse spécialisée.

    D’autre part, le CRT mobilisera une forte délégation d’institutionnels (Région, mairie, chambre de commerce…) pour la participation aux salons du tourisme. A commencer par Fitur (Madrid) et Milan. En outre, le produit doit être mieux réparti sur tout le territoire et tous les acteurs doivent être convaincus de la nécessité d’animer la ville.

    Pour rappel, Fès dispose d’un riche calendrier culturel, dont le festival des musiques sacrées, la culture soufie, la musique andalouse, et la diplomatie culinaire, qui sont très prisés. «Aujourd’hui, il est question d’accentuer le volet culturel, animation et patrimoine pour inciter au voyage», disent les professionnels. Pour eux, la promotion de la destination doit être axée sur la culture, la nature, et le thermalisme.

    En ce sens, il y a nécessité d’œuvrer en parfaite coordination entre les différentes provinces de la région, l’ONMT, le CRT et la mairie pour la mise en valeur du produit touristique local, la consolidation des infrastructures d’accueil et l’élaboration d’un plan d’action à même de faire de la destination un pôle d’attraction aussi bien pour les visiteurs étrangers que pour le tourisme national.

    Pour aller vite, le CRT prévoit des éductours, une communication permanente (presse spécialisée), ainsi que des semaines culturelles et gastronomiques. Cette idée est vivement acclamée par les professionnels.

    Transport aérien

    Parmi les principaux axes de travail du CRT, figure le renforcement du transport aérien. Unanimes, les professionnels affirment que l’ouverture du ciel garantit une véritable embellie du tourisme. Pour la petite histoire, le trafic des passagers au niveau de l’aéroport Fès-Saïss a enregistré un accroissement de 17,25 % à fin novembre 2018, en comparaison avec la même période de 2017.  Selon l’Office national des aéroports (ONDA), 1.191.842 voyageurs ont transité par l’aéroport Fès Saïss au cours des onze premiers mois de l’année en cours, contre 1.016.523 durant la même période de l’année précédente. En 2017, un total de 1.115.595 voyageurs ont transité par cette infrastructure aéroportuaire, contre 892.974 au cours de l’année d’avant, soit une augmentation de 24,93%. Signalons enfin que le nouveau terminal de l’aéroport Fès-Saïss constitue une plate-forme pour plusieurs compagnies dont  Air Arabia, RAM, Ryanair, Easy Jet, Jet Air Fly. La capacité d’accueil de cet aéroport est de 2,5 millions de passagers.

    Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc