×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossier Spécial

    Rétrospective 2018 - Les régions au coeur de l’actualité

    Par L'Economiste | Edition N°:5422 Le 28/12/2018 | Partager

    ■ Tanger: Le TGV entre en gare

    tgv-022.jpg

    2018 a été l’année des grands chantiers à Tanger. C’était le cas particulièrement pour le train à grande vitesse, le Bouraq dont l’entrée en service a été effectuée en grande pompe par le Souverain en compagnie du président français Emmanuel Macron qui s’est déplacé spécialement pour la circonstance. Le Bouraq a permis de rapprocher les distances en plaçant Tanger à 2h10 min de Casablanca au lieu des 4h45 auparavant. Ce projet a aussi le mérite d’avoir doté les villes de Tanger, Rabat et Casablanca de nouvelles gares, véritables repères urbains, et de permettre aux Marocains de redécouvrir le voyage en train.

    A.A.

                                                                                           

    ■ Le drame de Bouknadel

    drame_de_bouknadel_022.jpg

    Le 16 octobre 2018, à 10h23, Bouknadel, la petite ville de la préfecture de Salé, est frappée dans sa chair. A cette heure-ci, le train navette rapide qui relie Rabat à Kénitra déraille, et c’est le drame: 7 décès et plus d’une centaine de blessés. Les images sont encore vives dans les mémoires, et l’émotion palpable. Les secours s’organisent, les officiels se pressent sur les lieux de l’accident, l’enquête est rapide. Les causes de l’accident sont imputées à l’excès de vitesse du train. 

    N.E.A.

                                                                                           

    ■ Jerada, l’année des protestations

    jerada_022.jpg

    En réponse aux longs mois de manifestations et de revendications socioéconomiques, un programme d’urgence est finalisé pour booster l’emploi. Il a pour objectif de créer 1.000 emplois dont 300 au profit des mineurs des descenderies. De même, 11 conventions de partenariat avec des coopératives pour une exploitation optimale des mines ont été signées en septembre 2018. En parallèle plusieurs programmes sont lancés pour la création de 3.000 emplois à terme, dans les secteurs agricoles, infrastructures, mises à niveau urbaine et rurale, développement humain économique et social, énergie et mines, formation professionnelle et santé. La concrétisation de ce programme d’urgence dépendra de la concrétisation des 108 projets proposés pour la réduction des disparités territoriales et sociales.
    Concernant les personnes arrêtées sur fond de protestations socioéconomiques 32 d’entre elles ont été condamnées à des peines d’emprisonnement allant de 2 mois à 3 ans de prison ferme.

    A.K.

                                                                                           

    ■  Fès restaure son passé....

    fes_restauration_022.jpg

    Le 14 mai 2018, le Souverain lançait un gigantesque programme de valorisation des villes impériales. D’un montant global de 1,4 milliard de DH, ce chantier porte sur la valorisation des anciennes médinas de Fès, Marrakech, et Rabat, ainsi que la 3e phase de la réhabilitation de la médina de Casablanca.
    De l’avis unanime, l’avenir touristique de la capitale spirituelle réside dans la capacité de celle-ci à valoriser son tissu ancien et sauvegarder ses savoirs ancestraux. Aussi était-il prévu de rendre son lustre à l’ancienne médina et en faire un haut lieu de vie et d’échange. Un premier projet de restauration de 27 monuments de haute charge historique, et dont certains datant du 10 et 11e siècles, a généré des retombées immédiates (création d’emplois, intégration, appropriation…). Engouement aussi de la part des touristes marocains et étrangers pour ces sites chargés d’histoire. Pour preuve, Fès devrait terminer 2018 avec une hausse de plus de 20% d’arrivées, soit 1,2 million de touristes. D’autres programmes sont en cours pour un meilleur accès à la médina, comme la construction de parkings, et la mise en place de signalétique. C’est l’Agence régionale de développement et de restauration (Ader-Fès) qui est en charge des travaux. Celle-ci a également du pain sur la planche au niveau de la médina de Meknès.

    Y.S.A.

                                                                                           

    ■ Le drame d’Imlil

    drame_dimlil_022.jpg

    Imlil, une petite commune du Haouz a connu un drame qui l’a mis au devant de la scène. Deux touristes danoise et norvégienne ont été sauvagement assassinées le 16 décembre par des meurtriers qui auraient prêté allégeance à Daech. Moins de 24 heures après la découverte des corps, les premiers suspects ont été arrêtés et placé en garde à vue. Les mis en cause sont soumis actuellement à une enquête judiciaire pour dévoiler les motifs réels derrière ce crime. 

    B.B.

                                                                                           

    ■ Le pacte de Marrakech pour la migration

    merkel_pacte_de_marrakech_022.jpg

    C’est à Marrakech qu’a été adopté le pacte mondial sur les migrations sûres et positives par 150 pays du monde. Une adoption qui s’est faite non sans quelques réticences de la part de plusieurs pays qui ont choisi de ne pas être présents au sommet intergouvernemental organisé par l’ONU dans la cité ocre les 10 et 11 décembre dernier. Parmi les présents, la chancelière d’Allemagne Angela Merkel et le premier ministre belge Charles Michel.

    B.B.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc