×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Insolites

    Un Monde Fou

    Par L'Economiste | Edition N°:5420 Le 26/12/2018 | Partager

    ■ Un faux prêtre colombien démasqué après 18 ans d’exercice

    faux_pretre_020.jpg

     

    Un Colombien, prêtre catholique depuis 18 ans, n’avait en réalité jamais été ordonné et a été démasqué peu avant Noël, a-t-on appris lundi auprès du diocèse du sud de l’Espagne où il exerçait dernièrement. L’eucharistie administrée ou les confessions entendues par ce prêtre sont donc considérées comme «invalides», a dit à l’AFP une porte-parole du diocèse de Cadix et de Ceuta, avant d’assurer que «la grâce de Dieu agissait» sur les fidèles, de bonne foi et trompés par ce faux curé. Les mariages et les baptêmes restent en revanche valides et «les gens ne doivent pas se remarier», a-t-elle poursuivi. Miguel Angel Ibarra, installé en Espagne depuis octobre 2017, était, lorsqu’il a été démasqué, chargé de la bonne marche de l’église de Medina Sidonia, une petite ville de 11.000 habitants en Andalousie. «L’Archidiocèse colombien a averti, le 13 décembre dernier, le diocèse de Cadix et de Ceuta, à la suite d’une plainte pour faux concernant ses documents d’ordination, qu’une enquête poussée avait été effectuée et concluait que Miguel Angel Ibarra n’avait jamais été ordonné prêtre», a expliqué le diocèse espagnol dans un communiqué. Le faux prêtre a été convoqué devant son archevêché d’origine en Colombie, Santa Fe de Antioquia, a poursuivi le diocèse espagnol, regrettant que «des faits comme celui-ci puissent assombrir le labeur de ses paroissiens et de ses prêtres dûment ordonnés, qui servent chaque jour l’Église de manière exemplaire».

    ■ Un homme arrêté devant la Maison Blanche pour outrage à la pudeur
    Acte politique ou soirée trop arrosée qui a dérapé? Un homme a été arrêté devant la Maison Blanche pour outrage à la pudeur après avoir dévoilé ses parties génitales. Cinq personnes prenaient des photos ensemble à 01h30 du matin dimanche devant l’entrée nord de la Maison Blanche quand un policier a vu bien davantage que ce qu’il aurait souhaité. Un homme du groupe, pivotant pour faire face à la Maison Blanche, «a commencé à baisser son pantalon et son sous-vêtement dévoilant à la vue de tous ses parties génitales», indique le rapport de la police de Washington. Le suspect a été arrêté pour outrage à la pudeur, une accusation exposant à une peine moins lourde qu’attentat à la pudeur. Il est assez peu probable que Donald Trump ait vu la scène. Le président républicain a décalé ses vacances de fin d’année en Floride à cause du «shutdown», la fermeture partielle des administrations fédérales.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc