Entreprises

Le groupe Azmi se renforce dans la sidérurgie

Par Nadia DREF | Edition N°:5415 Le 19/12/2018 | Partager
Baptisée Sinam, la holding compte doubler son chiffre d’affaires d’ici 5 ans
C’est Amine Louali, ex-DG de Maghreb Steel, qui mène cette transformation

Le groupe Azmi se restructure. Fort d’une trentaine d’années d’expérience, l’entreprise familiale vient de se transformer en holding baptisée Sinam. Ce groupe structuré gère un portefeuille de filiales spécialisées dans la production et la transformation de l’acier. Il s’agit des sociétés Univers Acier, Longofer, Couvermetal, Longinox, Armasteel, Megatube, Super Usinage, Sinam Mines... Ces entreprises ciblent les secteurs de la construction, l’industrie, l’automobile, les énergies renouvelables...

La gestion du groupe a été confiée à Amine Louali, ex-DG de Maghreb Steel. Pour le dirigeant, ce challenge est d’une autre nature. «Sinam est une entreprise familiale qui est dans une perspective de développement avec beaucoup de projets lancés. Elle a pour objectif de fédérer et faire converger les efforts de tous à travers la structuration de l’entreprise», tient à préciser Amine Louali. «Les ressources sont disponibles. L’enjeu est de les canaliser pour atteindre plus vite les objectifs, réduire le risque et optimiser la valeur ajoutée du groupe», poursuit le DG.

La holding, présidée par Mohammed Azmi, dispose d’un potentiel et mise sur la diversification. A titre d’exemple, l’entreprise historique, Longofer, spécialisée dans la production de tubes noirs, compte switcher vers les tubes de précision destinés aux marchés de l’automobile et de la construction. Sa filiale Univers Acier, deuxième producteur d’acier long après la Sonasid, cible l’automobile.

Pour sa part, Armasteel, créée en 2018, est le seul producteur de tubes en acier au Maroc. Quant à Longinox, elle compte écouler 50% de sa production dans l’automobile (tuyaux d’échappement…) et la décoration (rampes…). La holding travaille également avec le cluster solaire pour offrir des solutions plus complexes en acier.

Le groupe a déjà livré des tubes pour les centrales Noor I, II et III. Il ambitionne de continuer à fournir tous les projets en acier noir et inoxydable. «Nous comptons nous renforcer dans les prochains projets dédiés aux énergies renouvelables». Sinam vise également, à moyen terme, de produire de l’acier vert. Un pas de plus que le groupe compte franchir bientôt.

Le sidérurgiste veut faire jouer des synergies entre toutes ses filiales. Sinam vise à doubler sa taille dans les 5 prochaines années pour atteindre un chiffre d’affaires de 7 milliards de DH.

Le potentiel à l’export s’élève à près de 50% de la production annuelle du groupe. Une activité entamée récemment. A ce jour, les volumes exportés s’élèvent à 250 millions de DH. Il s’agit de commandes tests envoyées à différents marchés en Europe et en Afrique subsaharienne.

«Nous avons les capacités et la taille nécessaire pour être compétitifs. Nos produits ont reçu la certification CE en 2018 pour pouvoir les exporter vers l’UE», explique le DG. La nouvelle vision table sur un développement simultané hors frontières ciblant une vingtaine de pays d’Afrique subsaharienne.

Tout est parti d’un atelier de 70 m²…

LE groupe réalise un chiffre d’affaires de 3,5 milliards de DH. Le démarrage de l’activité a été entamé dans un atelier de 70 m² avec des fonds de roulement de 5.000 DH, il y a 30 ans. Actuellement, Sinam emploie plus de 1.500 collaborateurs. Pour accompagner cette restructuration, le groupe est en pleine phase de recrutement.

Nadia DREF

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc