×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    Le nord, nouvelle capitale de l'olivier

    Par Ali ABJIOU | Edition N°:5415 Le 19/12/2018 | Partager
    Les oliveraies ont connu une extension de plus de 30% de leur périmètre depuis 2010
    Une production record prévue de 240.000 t d’olives et 35.000 t d’huile pour 2018
    Larache rattrape son retard avec 18.000 hectares plantés lors des 5 dernières années
    olivier_larache_015.jpg

     La superficie des oliveraies a connu une nette extension lors des dernières années avec près de 60.000 hectares supplémentaires essentiellement à Ouezzane, et Larache qui rattrape son retard

    L’oliveraie s’étend au nord et gagne du terrain. La superficie dédiée à la plantation des oliviers atteint actuellement les 197.000 hectares dont 162.000 productifs. Ce chiffre a connu une nette progression lors des dernières années.

    En 2014, la superficie productive avait atteint les 117.000 ha, soit une croissance de 38%.  La superficie oléicole représente les trois quarts de la superficie arboricole au niveau de la région et un sixième du total des plantations oléicoles à l’échelle nationale, ce qui en dit long sur l’importance de l’olive en termes de revenus pour les populations locales.

    Cette année, le secteur entend battre tous les records. Selon la Direction régionale de l’agriculture, la production d’olives lors de la campagne 2018 atteindra un sommet avec  plus de 240.000 tonnes, soit une augmentation de 25% par rapport à l’année dernière (qui avait dépassé les 190.000), une campagne considérée elle-même à son époque comme une bonne année.

    La production d’huile d’olive sera elle aussi généreuse avec 35.000 tonnes d’huile. Cela est dû aux conditions climatiques favorables qu’a connues la Région lors du démarrage de la saison agricole qui ont favorisé la fructification, selon les experts. C’est le cas d’une forte pluviométrie et de températures idéales, l’olivier étant un arbre qui ne craint pas le froid.

    L’embellie est due aussi aux efforts en matière de plantations réalisées dans le cadre du plan Maroc Vert. En effet, depuis le lancement du programme en 2009, ce sont plus de 60.000 hectares d’oliviers qui ont été planté.

    Ouezzane fait figure aujourd’hui de véritable capitale de l’olive dans le nord. Elle concentre le tiers de la superficie plantée. Chefchaouen accapare le sixième ex aequo avec Tétouan, le reste est réparti entre les différentes autres provinces.

    Larache, qui était à la traîne, a réussi à multiplier la superficie plantée par trois pour atteindre les 34.000 hectares. Cette croissance est le résultat d’un important effort en matière de plantation démarré en 2014.

    olives-015.jpg

    L’olivier voit grand pour cette campagne avec une production attendue de 240.000 tonnes d’olives et 35.000 tonnes d’huile (Ph. L'Economiste)

    Quantité, mais qualité aussi. La région a réussi à faire labelliser l’un de ses produits, l’huile d’olive extra vierge de Ouezzane. Cette appellation d’origine contrôlée est décernée aux producteurs répondant à un cahier des charges très strict. Ce dernier insiste sur l’origine de l’huile, la région d’Ouezzane, et sur une analyse qualitative. Le label a déjà été attribué à deux coopératives, d’autres devront suivre par la suite.

    Afin de maintenir le cap de la qualité, la Direction régionale de l’agriculture a entrepris diverses actions pour sensibiliser les producteurs. Ces derniers ont été formés pour améliorer l’opération de cueillette en particulier. Traditionnellement, l’olivier est fouetté avec une tige afin de faire tomber les fruits.

    L’opération n’est pas sans laisser des traumatismes sur le tronc de l’arbre et ses branches, compromettant les futures récoltes. Des vibreurs spéciaux à bande ont été distribués parmi les coopératives pour assurer une cueillette en «douceur» des fruits sans blesser les tiges.

    En plus, des bacs pour le transport des olives ont été mis à la disposition des producteurs. Ces bacs sont à faible hauteur et évitent l’entassement des olives qui gardent de la sorte leur fraîcheur jusqu’au moment d’être pressées.

    Il est attendu que ces actions donnent leurs fruits dès cette année. Pour cette campagne, la production d’huile atteindra, selon la Direction régionale, les 35.000 tonnes alors que la moyenne annuelle ne dépasse pas les 30.000 tonnes par an. Ce qui équivaut à un rendement de 216 kilos d’huile par hectare.

    Les performances de la filière

    olives_oliviers_015.jpg
    • 240.000 tonnes d’olives prévues pour 2018
    • 10% de la production nationale en moyenne
    • 197.000 hectares d’oliveraies
    • 35.000 tonnes d’huile d’olive
    • 4 millions de journées de travail
    • 62% des variétés plantées est de la picholine marocaine
    • 125 unités modernes de trituration

    La trituration se modernise

    La Région dispose actuellement de 125 unités de trituration modernes. Leur nombre a explosé avec le lancement du plan Maroc Vert qui a encouragé leur mise en place. La capacité de trituration est passée de 27.000 tonnes en 2010 à 195.000 tonnes en 2018 soit une multiplication par sept. La plus grande quantité d’huile d’olive provient du secteur moderne, ce qui confère à l’huile d’olive de la région une bonne notoriété sur le marché.
    Afin de maintenir cette qualité, le ministère a entamé un programme de mise à niveau et d’accompagnement de ces unités en vue de leur mise en conformité avec les normes sanitaires requises.

    Ali ABJIOU

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc