×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    De bonnes sources

    Les partenariats, secret de la réussite

    Par Tilila EL GHOUARI | Edition N°:5414 Le 18/12/2018 | Partager
    Un engagement continu de Leila Mezian Benjelloun, fondatrice du réseau Medersat.com
    Robotique, langues étrangères, préscolaire obligatoire..., la Fondation a toujours innové
    brahim_benjelloun-touimi_014.jpg

    Brahim Benjelloun-Touimi, administrateur-directeur général exécutif du groupe BMCE Bank of Africa et administrateur de la Fondation BMCE pour l’éducation et l’environnement (Ph. L’Economiste)

    - L’Economiste: Le réseau Medersat.com a-t-il récemment intégré des innovations pédagogiques?

    - Brahim Benjelloun-Touimi: Oui. C’est une initiative de Leila Mezian Benjelloun, la présidente de la Fondation BMCE, qui a fait conduire une expérience pilote dans l’apprentissage des premiers éléments de la programmation informatique aux élèves, grâce aux robots. Les premiers retours sont très encourageants. La Fondation a, depuis sa création, toujours eu recours à l’innovation (ordinateurs, tableaux interactifs...) et également dans le préscolaire «obligatoire», avec la consignation de l’expertise correspondante dans une mallette pédagogique. La Fondation accueille ses élèves du préscolaire dans leur langue maternelle. Nous avons, d’ailleurs, conçu les premiers manuels dans la langue amazighe. L’apprentissage des langues étrangères, telles que le français et le mandarin, représente un autre gisement d’innovation pédagogique. Les curricula des écoles intègrent aussi des enseignements issus d’événements ouvrant les écoles sur leur environnement immédiat et global.

    - Qu’en est-il de votre collaboration avec le ministère de l’Education nationale?
    - C’est un contrat de confiance qui est établi entre les deux parties depuis 20 ans. Nous travaillons avec le soutien du ministre, les services centraux du ministère et les académies régionales. Ce partenariat est évolutif et il retrouve vigueur avec Saaid Amzazi, ministre de l’Education nationale.
    Le récent colloque international de Rabat sur le préscolaire et la cérémonie de célébration de nos bacheliers illustrent bien cette vision partagée. Comme l’ont souligné aussi bien le ministre  que la présidente de la Fondation: «L’éducation est  l’affaire de tous».

    - Où en est votre déploiement sur le continent?
    - Avant d’aller sur le continent, le réseau a d’abord été déployé dans toutes les régions du Maroc. Au niveau continental, des partenariats avec des associations de premier plan dans les pays d’Afrique subsaharienne concernés  ont permis au modèle d’école primaire d’être dupliqué au Mali, Sénégal, République du Congo, Rwanda, et bientôt à Djibouti.   

    - Qu’est-ce qui fait le succès de votre modèle?
    - Plusieurs paramètres, à vrai dire. Il s’agit principalement de l’engagement permanent et continu de Leila Mezian Benjelloun, ainsi que de l’appui inconditionnel du Groupe BMCE  BoA, à sa tête le président Othman Benjelloun. En second plan, les solides partenariats scellés au Maroc et à l’international, pour mener à bien ces initiatives. Le succès de cette belle entreprise sociétale revient aussi au rôle de catalyseur des savoir-faire et d’expertises issus des diverses parties prenantes nationales et internationales de l’éducation que joue la Fondation BMCE, en termes d'approches évolutive, pragmatique, rigoureuse  et moderne.

    Propos recueillis par Tilila EL GHOUARI

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc