×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Automobile: 3% de croissance des ventes attendue pour 2018

    Par Moulay Ahmed BELGHITI | Edition N°:5412 Le 14/12/2018 | Partager
    Le record des nouvelles immatriculations devrait être battu pour la 4e année consécutive
    La concurrence fait rage au sein des importateurs distributeurs pour atteindre les objectifs
    La course aux bonnes affaires bat son plein

    Les ventes de voitures neuves vont probablement battre de nouveau le record de l’an dernier de 168.593 immatriculations. Les professionnels tablent sur une croissance annuelle de 3% en 2018 à plus de 173.500 véhicules. Cette prévision est confirmée par Adil Bennani, président de l’Aivam. Tout est mis en place pour atteindre, voire dépasser cette prévision.

    En effet, depuis le mois de novembre, les importateurs distributeurs se sont lancés dans une «course effrénée au gain de part de marché» à base de remises, de rabais et de ristournes, les uns plus alléchants que les autres. Aujourd’hui, toutes les concessions sont en promotion de fin d’année.

    Avec l’Auto Expo qui se tient tous les deux ans et contribue à 70% des ventes automobiles de l’année, la période de fin d’année représente un enjeu important pour eux. C’est la raison pour laquelle la course aux bonnes affaires s’est intensifiée avec des stratégies commerciales plus agressives les unes que les autres.

    Entre ceux qui lancent de nouveaux modèles (avec des prix de lancement attractifs), ceux qui investissent dans des campagnes marketing et communication agressives et ceux qui offrent des remises importantes (jusqu’à 100.000 DH dans certains cas), il y a l’embarras du choix.

    A cela s’ajoutent des opérations spéciales avec réaménagement des horaires des showrooms ouverts 7 jours sur 7. Sans oublier les ventes privées exclusives, la reprise de véhicule quelle que soit la marque et les offres 5 ans de garantie, 5 ans d’assistance et 5 ans de d’entretien, devenues légion même chez les marques généralistes.

    A la recherche de gains de part de marché et pour écouler coûte que coûte leurs stocks avant la fin d’année et atteindre les objectifs fixés par les constructeurs, certaines marques généralistes se sont même mises à proposer de «très fortes» remises à leurs clients grands comptes comme les loueurs.

    Et pour aider à la prise de décision, toutes les marques, sans exception, proposent le crédit «gratuit» qui vient s’ajouter à la panoplie d’offres de financement existantes (crédit classique, LOA, crédit ballon...). Certaines marques vont encore plus loin en associant le financement à l’assurance. D’autres, quasiment tous, font des remises sur le service après-vente, en particulier sur les pièces de rechange.

    Un record à battre

    Ces efforts ont déjà commencé à donner leurs fruits. A fin novembre, les ventes de véhicules neufs toutes marques et catégories confondues se sont bien orientées. Le nombre d’immatriculations a atteint 154.811 unités, en hausse de 3,6% par rapport à la même période de 2017.

    La progression est encore plus significative sur le seul mois de novembre (15% pour le véhicule particulier et 9% pour le véhicule utilitaire léger). Le président de l’Aivam relativise cependant ces progressions. Pour lui, la croissance du marché est à «un niveau moyen». Elle aurait dû être bien plus importante avec la tenue du salon cette année.

    Il est évident que le mois de décembre sera un grand mois pour le marché automobile, mais sera-t-il aussi grand que celui de l’an dernier?, s’interroge le patron de l’Association des importateurs de véhicules. Et pour cause, il constate une contraction de la demande.

    Si cette course effrénée au gain de part de marché profite au client, elle a un impact sur la rentabilité des importateurs induite par une perte de valeur dans un marché qui, contrairement à ce qui paraît, est largement sous-équipé en automobile.

    Moulay Ahmed BELGHITI

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc