×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    BMCE récompense les entrepreneurs africains

    Par Karim Agoumi | Edition N°:5410 Le 12/12/2018 | Partager
    La quatrième édition de l’African Entrepreneurship Award distingue 13 startupers
    Ils se partageront la bagatelle d’un million de dollars pour leurs projets utiles et à fort impact social
    bmce_entrepreneurs_africains_010.jpg

    Clap de fin pour la quatrième édition de l’Africain Entrepreneurship Award. La compétition, organisée depuis février dernier par le groupe BMCE Bank of Africa, a récompensé pas moins de 13 entrepreneurs africains dont notamment le Marocain Anass El Hilal (Ph  Fadwa Al Nasser)

    Soutenir et accompagner les entrepreneurs africains dont les idées sont susceptibles d’améliorer les conditions de vie dans leur pays et à l’échelle du continent. C’est dans cette optique que le groupe BMCE Bank of Africa vient de sceller la quatrième édition de l’African Entrepreneurship Award.

    Un concours ambitieux récompensant plus de 13 startupers inspirés et inspirants qui se partageront la bagatelle d’un million de dollars afin de concrétiser leurs idées. C’est dans un tonnerre d’applaudissements que les gagnants de la compétition ont reçu leur prix lundi dernier au siège de la banque. Dans la catégorie «Haut potentiel» tout d’abord, le Marocain Anass El Hilal n’a pas contenu sa joie très longtemps, décrochant près de 25.000 dollars pour avoir imaginé une unité mobile prodiguant des soins médicaux dans les zones rurales et incluant des dossiers entièrement virtuels.

    «Un moyen de dématérialiser le parcours des patients et de leur éviter des démarches administratives laborieuses», confie-t-il. Trois autres jeunes génies y ont également été distingués, représentant le Congo Brazzaville, le Ghana et la République démocratique du Congo. L’édition a également fait la part belle au sport, un levier essentiel au développement et l’éducation.

    Ainsi, le Namibien Nangado Kauluma a reçu 150.000 dollars pour son projet de plateforme virtuelle intégrant des cours de fitness. Le Nigérian  Aderoju Ope-Ajayi, quant à lui, s’est vu remettre la somme de 75.000 dollars en récompense à la création d’un centre d’apprentissage de la natation destiné aux femmes et aux enfants.

    Enfin, la catégorie «Innovation» a distribué pas moins de 6 prix à des investisseurs en herbe originaires du Sénégal, de Ghana, d’Egypte ou encore de Côte d’Ivoire. Parmi ces derniers, notamment, Jonathan Kornik provenant d’Afrique du Sud et qui a été remarqué pour son programme de réduction de la consommation d’eau et d’électricité basé sur un système de contrôle lié aux chauffe-eau.

    Un concours qui a débuté en février dernier et qui a donné l’opportunité à plusieurs milliers d’entrepreneurs de tenter leur chance pour décrocher une place en finale. Pour les briefer et les accompagner, des dizaines d’experts en investissement et chefs d’entreprises se sont portés volontaire.

    Leur rôle? S’assurer que les projets présentés sont utiles pour la société et l’impactent socialement parlant. Un process à l’issue duquel 30 finalistes, provenant de 20 pays différents,  ont été soigneusement sélectionnés pour participer à un Boot Camp récemment tenu à Casablanca et dirigé par 5 mentors de renom.

    «Une étape qui avait pour objectif de préparer comme il se doit les candidats à défendre leur projet face au jury présidentiel qui les a reçus individuellement», souligne  l’administrateur directeur général exécutif du groupe, Brahim Benjelloun-Touimi.

    Une compétition dont les participants ont été évalués par un jury de renom, composé, entre autres, de l’ancien président d’Accenture en Chine Gong Li, du docteur et fondateur de Sports Industry Research Center aux Etats-Unis Aubry Kent ou encore du vice-président de la NBA Amadou Gallo Fall. Des spécialistes dotés d’une riche expérience dans le domaine qui ont départagé les programmes présentés suivant leur faisabilité, leur audace ou encore leur originalité.

    Depuis le lancement de la première édition en 2015, 33 startupers ont bénéficié d’un financement et d’un mentoring capital pour le développement de leur projet. L’initiative a par ailleurs permis de créer près de 2.300 emplois et de fidéliser pas moins de 264.000 clients.

    Karim AGOUMI

     

     

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc