×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Consuls honoraires: Des relais de la diplomatie économique

    Par Nadia DREF | Edition N°:5408 Le 10/12/2018 | Partager
    Lobbying, rayonnement à l’international, conseil, attraction des IDE… les missions
    Pour la 1re fois, le Maroc accueille le conseil d’administration de la FICAC

    Nouveau positionnement, reconnaissance internationale, diplomatie parallèle, plan d’action, engagement social… L’Union des consuls honoraires du Maroc (UCHM) mène une forte mobilisation. Objectif: réapparaître sur les radars et fédérer l’ensemble des consuls honoraires.

    En tant qu’acteur prépondérant dans les relations entre les pays, les consuls honoraires veulent donner un nouvel élan à leurs missions et ne pas se contenter uniquement de la protection et l’assistance des citoyens du pays d’envoi. Diplomatie parallèle, renforcement des relations économiques et diplomatiques, lobbying, appui au rayonnement international du pays de résidence, accompagnement et conseil des hommes d’affaires, attraction des IDE, diversification des exportations…  Les domaines d’intervention s’élargissent de plus en plus.

    L’association vient de rejoindre la Fédération internationale des consuls honoraires (FICAC), une ONG agréée par les Nations-Unies, l’UE, les pays asiatiques et l’Amérique latine. Ce groupe de réflexion compte 9.000 adhérents représentant 92 pays.

    Ce réseau fournit des analyses sur des thèmes et des problématiques d’actualité (immigration, changement climatique, financement…). L’UCHM vient de participer, pour la première fois, au processus de vote du nouveau président de la FICAC, lors de la dernière assemblée générale tenue en octobre dernier.

    «Pour renforcer nos liens avec la FICAC, nous avions besoin d’un symbole fort d’amitié et de reconnaissance. C’est ainsi que la fédération a décidé d’organiser, pour la première fois, son conseil d’administration au Maroc», confie le président de l’UCHM, Majid Boutaleb, également consul honoraire de la Roumanie au Maroc.

    Un meeting qui s’est tenu le 7 décembre à Casablanca et qui a adopté le plan d’action 2019 de ce think-tank. Un événement durant lequel trois membres de l’Union ont été retenus en tant qu’observateurs. «Les discussions sont en cours pour participer à la gestion des commissions de la FICAC», ajoute Majid Boutaleb qui a rempilé en juin dernier pour un second mandat de 3 ans.

    Au cours de sa dernière assemblée générale, l’UCHM a adopté un plan d’action triennal.  L’un de ses premiers fruits est la signature d’une convention avec l’Institut marocain des Relations internationales (IMRI) pour permettre aux 55 consuls honoraires membres de l’Union de bénéficier de l’expertise cumulée par cet établissement.

    Par ailleurs, l’UCHM a entamé des discussions avec la CGEM afin de mettre à la disposition des hommes d’affaires marocains leurs réseaux et leur savoir-faire en matière de relations extérieures. L’association ambitionne de se positionner en tant que facilitateur des missions économiques et commerciales dans les pays mandataires. «Nous ne sommes ni un syndicat, ni un parti. Nous voulons juste apporter notre appui à la diplomatie et à notre pays», affirme Majid Boutaleb.

    Prestige et passion

    L’Union des consuls honoraires du Maroc existe depuis 2015. Elle regroupe 55 membres. Ces conseillers bénéficient d’un statut particulier. Ils exercent une activité professionnelle rémunérée et ne sont pas payés par les pays mandataires. De plus, ils autofinancent leurs activités diplomatiques et de conseil, contrairement aux consuls de carrière qui sont des hauts fonctionnaires de l’Etat. Deux fonctions qui restent d’ailleurs complémentaires. «Pour accomplir bénévolement cette fonction de prestige, il faut être passionné», conclut Majid Boutaleb.  Les consuls honoraires sont au nombre de 175 dont 4 récemment nommés (Jawad Kerdoudi/IMRI pour l’Inde). Ils sont généralement marocains ou résidents de longue durée.

    Nadia DREF

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc