×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Sommet Africités: Un agenda pour la finance climat

    Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5397 Le 23/11/2018 | Partager
    Les collectivités territoriales doivent mobiliser les fonds pour des stratégies locales
    Le Maroc pour une stratégie de financement
    Faire aussi bénéficier les pays africains amis de cette expérience
    finance-climat-097.jpg

    La stratégie climatique du Maroc permettra de mettre en place des projets locaux résilients, en partenariat avec tous les acteurs de la chaîne de financement (Ph. e-rse.net)

    Le financement est un enjeu essentiel dans la lutte contre le changement climatique en Afrique et les collectivités locales doivent être à l’avant-garde. C’est une des thématiques du sommet Africités qui poursuit ses travaux à Marrakech. Que ce soit à Paris, à Marrakech ou à Bonn, les parties impliquées pour la lutte contre les changements climatiques étaient unanimes: le financement reste le nerf de la guerre.

    A noter que pour limiter le réchauffement climatique global à 1,5 °C, il faut des investissements annuels d’environ 2.000 milliards de dollars d’ici à 2035 dans les systèmes énergétiques. Les collectivités territoriales ont plus que jamais besoin de s’organiser pour trouver des solutions innovantes mais aussi pour faire entendre leur voix et mobiliser des fonds et mettre en place des stratégies efficaces en la matière. Mais très souvent, l’action locale est confrontée à l’insuffisance des moyens humains et des capacités et des financements. Certains pays ont plus d’avance que d’autres.

    La ville de Dakar par exemple a lancé en 2017 son «Plan climat énergie territorial» d’une durée de trois ans financé par l’Union européenne sous forme de dons. Le Maroc a aussi une expertise dans ce domaine, estime Nezha El Ouafi, secrétaire d’Etat au développement durable.

    Son département et le ministère de l’Intérieur ont d’ailleurs initié un programme pour la promotion et l’essaimage du Programme d’expertise finance climat infranationale en collaboration avec le Centre de compétences en Changement climatique (4C Maroc) et le Fonds mondial pour le développement des villes (FMDV).

    Objectif: construire et mettre en œuvre une stratégie nationale de financement des projets locaux résilients, en partenariat avec tous les acteurs de la chaîne de financement. Aujourd’hui, le Maroc ambitionne d’élaborer une stratégie de financement des projets locaux et de faire bénéficier les pays africains amis de cette expérience. L’initiative qui s’inscrit dans la continuité des engagements du Maroc pris lors de la COP22 sera présentée lors de la COP24.

    La coopération nord-sud cette fois-ci sera aussi au cœur du Sommet Afrique-France 2020 sur la ville durable, indique Jean-Baptiste Lemoyne, Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, présent à la huitième édition d’Africités.

    «Le sommet 2020 sera une tribune ouverte aux collectivités territoriales, aux entreprises et à la société civile pour promouvoir les solutions existantes et nouer de nouveaux partenariats entre acteurs africains et français», souligne le Secrétaire d’Etat français.

    B. B.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc