×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossier Spécial

    SGTM: Le couteau suisse des chantiers complexes

    Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5396 Le 22/11/2018 | Partager
    LGV, usines clés en main, mobilité, ports, barrages…
    45 ouvrages d’art réalisés sur la trajectoire du TGV
    noeud-a-casablanca-routes-096.jpg

    Vue aérienne du «Nœud A» (situé en face du siège de l’OCP à Casablanca). Une dizaine de ponts, deux trémies, deux giratoires… le gigantesque chantier du «Noeud A» sur la route d’El Jadida est stratégique pour la circulation à Casablanca. «Réaliser cet ouvrage sans interrompre la circulation est une véritable prouesse», fait valoir le patron de SGTM, Ahmed Kabbaj (Ph. L’Economiste)

    Avec plus de 1.200 ouvriers et une soixantaine d’ingénieurs mobilisés pour la LGV, la Société générale des travaux du Maroc (SGTM) a érigé pas moins de 5 gros viaducs et une quarantaines d’ouvrages d’art. SGTM fait partie des champions nationaux ayant pris part à ce chantier d’envergure «Ce projet est une source de fierté non seulement pour SGTM, mais aussi pour l’ensemble des Marocains», confie Ahmed Kabbaj, fondateur du Groupe, lors du lancement du TGV jeudi 15 novembre.

    Il a d’ailleurs pris part au voyage inaugural de la LGV à laquelle son entreprise a contribué sur une longueur de 60 km. Mais le viaduc d’El Hachef (3,5 km), l’un des plus longs d’Afrique, reste l’une des réalisations majeures de cette ligne.

    «Les entreprises marocaines ont prouvé leur savoir-faire et leur maîtrise», soutient Kabbaj, citant des entreprises concurrentes comme Sintram TGCC, Houar… ayant pris part au projet. Plus de 90% des travaux de génie civil ont été effectués par des entreprises locales. Et il ne s’agit pas uniquement de travaux d’exécution.

    La conception et l’ingénierie sont également en grande partie marocaines. Deux ingénieurs SGTM ont d’ailleurs conçu le viaduc El Hachef (Yacine Yaâcoubi) et la gare Casa-Voyageurs (Mahmoud Boukour). Celle-ci est pratiquement finalisée. «Nous en sommes aujourd’hui à la phase de démolition des bâtiments aux alentours», explique le top management de SGTM. Des voiries et des espaces verts seront aménagés à la place de ces anciens logements de fonction (relevant de l’ONCF).

    Outre la LGV, le port Nador West Med est un autre méga-chantier en cours de réalisation. Ce projet en est aujourd’hui à mi-chemin. «Il sera livré dans 2 ans», annonce Kabbaj. SGTM produit actuellement les 260 caissons qui vont constituer la digue principale du port.

    lgv-pont-viaduc-096.jpg

    Le viaduc El Hachef constitue l’une des pièces maîtresses du tracé de la LGV avec ses 3,5 km de long. SGTM offre une garantie constructeur de 100 ans! (Ph. SGTM)

    «Les fondations sont achevées et l’on commence les remblais sur lesquels reposent les caissons», explique Kabbaj, lui-même ingénieur Ponts et Chaussées. Et ce n’est pas une mince affaire! Chaque caisson, pesant plus de 8.600 tonnes (soit l’équivalent d’un bâtiment de 6 étages), doit être placé en mer avec une précision millimétrique (en utilisant le GPS).

    Autre domaine d’expertise du groupe, la construction d’usines clés en main dont celle de PSA (Kénitra) ainsi que deux usines de fabrication de jantes en aluminium à Kénitra (le chinois Dicastal) et à Tanger (le sud-coréen Hands). «Nous investissons beaucoup dans la construction d’usines en charpente métallique», poursuit le management. L’usine du groupe à Oued Cherrat est spécialisée dans ce type de charpentes.

    A Casablanca, plusieurs ouvrages d’art sont signés par le groupe. Livrés ou sur le point de l’être, ces projets ont vocation à faciliter la mobilité. C’est le cas du «Noeud A». Cet enchevêtrement d’une dizaine de routes et de ponts (devant le siège de l’OCP) et son prolongement sur la route d‘El Jadida (carrefours des préfectures et Azbane) ainsi que les 2 trémies ont été livrés au fur et à mesure.

    «C’est une véritable prouesse que de pouvoir mener les travaux sur le Nœud A sans interrompre la circulation», fait valoir le fondateur. Pour sa part, la trémie de Sidi Abderrahmane, inaugurée depuis quelques mois, a considérablement fluidifié la circulation sur la route d’Azemmour.

    Le port charbonnier de Safi est un autre chantier d’envergure nationale que le groupe mène depuis 2013. Ce port, dont le coût s’élève à 4 milliards de DH, sera destiné au trafic du charbon et du phosphate et de ses dérivés. Le projet sera bientôt livré, confie le top management de SGTM.

    Par ailleurs, d’autres ouvrages un peu partout au Maroc portent la signature du groupe dont le grand théâtre de Rabat, la gare routière de Rabat, plusieurs barrages au Maroc et en Afrique …

    Aziza EL AFFAS

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc