×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Fès-Médina: 400 millions de DH pour aménager 8 parkings

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5395 Le 19/11/2018 | Partager
    Voiries, signalétiques et système d’information... au menu
    Les Domaines de l’Etat, le Fonds Hassan II et l’Intérieur, partenaires
    fes_villes_095.jpg

    Doté d’une enveloppe de l’ordre de 400 millions de DH, le programme de valorisation de la médina prévoit l’aménagement de 8 parkings, la réhabilitation des espaces publics et l’installation d’un dispositif d’information. Ce projet est financé par Les Domaines de l’Etat, le ministère de l’Intérieur, le Fonds Hassan II et la Commune (source: Commune de Fès)

    Dernière ligne droite pour le lancement des travaux d’aménagement de 8 parkings intelligents à Fès. Initiées dans le cadre du projet de valorisation de la médina et ses accès, ces aires de stationnement seront aménagées à Bab Boujloud, Sidi Bounafaa, Aïn Azliten, Oued Zhoun, Bab El Guissa, Bab El Hamra, Bab Jdid, et Bin Lamdoun.

    D’une capacité globale de près de 4.000 places, la construction des futurs parkings coûtera quelque 300 millions de DH. «Au moins deux d’entre eux seront souterrains. A noter qu’ils seront tous dotés de panneaux signalétiques, écrans d’informations, et espaces verts», annonce Driss El Azami El Idrissi, maire de Fès.

    Pour aller vite, les autorités ont procédé à l’évacuation des anciens parkings, notamment celui de Bab El Guissa, mitoyen de l’hôtel Palais Jamaî. Signalons au passage que ce grand palace de l’ONCF est en cours de rénovation pour une enveloppe de 470 millions de DH (sa livraison est prévue courant 2019). A Bab Boujloud, l’opération sera beaucoup plus complexe puisqu’il faudra assainir un foncier de 11,45ha, avant de lancer le chantier.

    Mais pas de craintes pour les initiateurs du projet qui ont déjà préparé les plans architecturaux ainsi que le montage financier des différentes actions. Ainsi, un budget de 100 millions de DH est réservé à l’acquisition du foncier. Il sera pris en charge par les Domaines de l’Etat et la Commune de Fès.

    En outre, l’aménagement des parkings, la réfection des ruelles de la médina, la réhabilitation des espaces publics et l’installation d’un dispositif d’information nécessiteront un investissement de 300 millions de DH. Ce montant est financé à parts égales par le ministère de l’Intérieur et le Fonds Hassan II.

    Concrètement, le planning général d’exécution s’étalera jusqu’en 2022. L’objectif est de préserver «l’identité académique et spirituelle» de la ville millénaire. C’est dans cet esprit qu’en 2013, un premier programme de sauvegarde des monuments de l’ancienne médina avait été mis en place et a permis à aujourd’hui de réhabiliter 27 sites à haute charge historique.

    Le 23 mai 2017, après la méticuleuse rénovation qui a été effectuée, le Roi s’est rendu dans les médersas en présence d’Irina Bokova, alors directrice générale de l’Unesco, qui n’a pas tari d’éloges sur la qualité des réalisations. «Après le succès qu’a connu le premier projet, le Souverain a enclenché un nouveau chantier pour l’amélioration de l’infrastructure de base de la médina», explique le maire.

    Selon lui, le nouveau projet devrait redynamiser l’activité économique de la médina et ses principaux marchés. «Car, avec l’amélioration de l’accessibilité et l’aménagement des parkings, y compris ceux des Communes de Mechouar Fès-Jdid et Jnane El Ouard, les visiteurs seront de plus en plus nombreux, marocains et étrangers».

    De plus, l’amélioration de l’accessibilité des sites historiques boostera le tourisme et encouragera le voyage dans l’histoire d’une ville millénaire. A ce titre, le programme financera l’aménagement et la réfection des voiries et du pavé de 23 km de ruelles. Ce qui embellira le paysage urbain du tissu ancien de médina.

    Enfin, pour ce qui est de l’installation d’une signalétique des sites historiques, l’objectif est de disposer sur ces plaques d’une véritable présentation des monuments. Signalons que des kits de communication polyglotte ainsi qu’un centre d’interprétation est également à l’étude. Le tout devrait être livré en 2022.

    Animation aussi

    Outre la restauration des monuments historiques, l’aménagement de parkings et l’amélioration de l’accessibilité aux sites historiques, il faudra créer une animation culturelle pour booster le tourisme. C’est l’idée défendue par Saïd Zniber, wali de la région Fès-Meknès. Ce dernier associe à son projet universitaires et professionnels du tourisme afin de créer une banque de projets culturels à l’image de Fès. Pour commencer, une réflexion est menée sur l’animation culinaire et artistique de la place Boujloud. Il en est de même pour l’animation du jardin Jnane Sbill ainsi que le «Son et lumière» de Fès. Pour ces deux derniers sites, la mission est confiée à Abderrafih Zouitene, président de la Fondation Esprit de Fès. L’entreprise qui l’accompagnera dans ce projet vient d’être désignée.

    De notre correspondant permanent, Youness SAAD ALAMI

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc