×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Libye: Un grand soutien aux plans de l’ONU

    Par L'Economiste | Edition N°:5393 Le 15/11/2018 | Partager
    Cadre constitutionnel, processus électoral… les priorités

    L'accord politique libyen conclu le 17 décembre 2015 à Skhirat reste «le seul cadre viable permettant d'avoir une voie inclusive et durable vers la stabilisation de la Libye». C’est ce qu’ont souligné les participants à la Conférence internationale de Palerme sur la Libye tenue les 12 et 13 novembre 2018.

    La rencontre se voulait tout d’abord une plateforme pour afficher l'unité de la communauté internationale au processus de stabilisation en Libye. D’ailleurs, plusieurs pays ont tenu à réaffirmer leur soutien au plan d'action des Nations Unies pour la Libye et aux efforts du représentant spécial du secrétaire général, Ghassan Salamé. Il avait appelé à l'organisation d'une conférence nationale ouverte à tous qui se tiendra dans les premières semaines de 2019 en Libye.

    La conférence de Palerme a souligné, par ailleurs, l'importance de conclure le cadre constitutionnel et le processus électoral d'ici le printemps 2019. Les délégations libyennes se sont engagées à s’y mettre. Les participants à la rencontre ont rappelé, de même, que la sécurité était une exigence pour la réalisation d'une stabilité politique et économique du pays. Comme ils ont mis l’accent sur la nécessité de relever le défi commun de la migration et de lutter contre la traite des êtres humains.

    Intervenant lors de la Conférence internationale sur la Libye, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita, a renouvelé notamment la disponibilité du Maroc à mettre toute son expertise pour accompagner la reconstruction du pays.

    La rencontre vise à unifier les positions des acteurs libyens et certains pays sur la crise, en permettant ainsi d'ouvrir la voie à des élections et mettre en place les infrastructures de base nécessaires, outre la formation d'une police nationale.

    F. Z. T. avec agences

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc