×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Insolites

    Un Monde Fou

    Par L'Economiste | Edition N°:5392 Le 14/11/2018 | Partager

    ■ Le fromage n’est pas une œuvre d’art!
    La saveur d'un produit alimentaire ne peut pas être considérée comme une «oeuvre» et ne peut donc pas être protégée par le droit d'auteur, selon la justice européenne, qui se prononçait mardi sur le cas d'un fromage néerlandais. Le «Heksenkaas», un fromage à tartiner à la crème fraîche et aux fines herbes, a été créé en 2007 par un marchand de légumes néerlandais, qui a cédé ses droits de propriété intellectuelle à une société nommée Levola. Une bataille s'est déclarée entre cette dernière et une société concurrente, Smilde, qui produit le «Witte Wievenkaas» pour une chaîne de supermarchés aux Pays-Bas. Pour la première, la saveur du Heksenkaas non seulement «constitue une oeuvre protégée par le droit d'auteur», mais en outre le produit de son concurrent «constitue une reproduction de cette œuvre», résume la Cour de justice de l'UE dans son communiqué. Or une oeuvre dans la législation européenne doit être «identifiable avec suffisamment de précision et d'objectivité». Et cette possibilité «fait défaut en ce qui concerne la saveur d'un produit alimentaire», estime la Cour.
    A la différence d'un film ou d'un livre, la saveur «repose essentiellement sur des sensations et des expériences gustatives qui sont subjectives et variables». Et la science en l'état actuel ne peut pas encore apporter un soutien objectif pour distinguer les saveurs, souligne encore la Cour.

    ■ Une ville veut changer de nom pour ne plus être confondue avec Nazareth
    Les habitants de Nazareth Illit vont être appelés à proposer un nouveau nom pour cette ville israélienne afin qu'on cesse de la confondre avec sa célèbre voisine à la réputation forgée par la tradition chrétienne, a indiqué la municipalité mercredi. Trois kilomètres et dix minutes de route séparent Nazareth Illit de Nazareth. L'une tient son nom de l'autre. Nazareth Illit signifie en hébreu «les hauteurs de Nazareth», nom adopté après la fondation de cette ville nouvelle dans les années 1950, peu après la proclamation de l'Etat d'Israël. Le nom de Nazareth est l'un des rares traits communs entre les deux villes. Nazareth, 75.000 habitants, est la plus grande ville arabe d'Israël, avec une population presque exclusivement musulmane et chrétienne. La ville accueille chaque année des foules de pèlerins chrétiens venus sur les lieux où, selon le Nouveau Testament, se trouvait la maison d'enfance de Jésus et où la future naissance de ce dernier a été annoncée à sa mère Marie par l'archange Gabriel. La ville de Nazareth Illit, fondée il y a 62 ans, compte 51.000 habitants, dont une majorité de Juifs d'origine russe, et se signale surtout par le développement rapide qu'elle a connu. Son maire Ronen Plot souhaite à présent que Nazareth Illit sorte de l'ombre de sa voisine. «Les habitants de Nazareth Illit en ont assez que beaucoup de gens, y compris des touristes, pensent que leur ville fait partie de Nazareth», a indiqué mercredi à l'AFP la porte-parole de la municipalité Orna Bouhbout. «La ressemblance entre les deux noms sème la confusion. Parfois des crédits publics sont attribués à l'une des villes alors qu'ils sont destinés à l'autre», a-t-elle ajouté. Le maire va proposer le 21 novembre au conseil municipal de renommer Nazareth Illit, a-t-elle dit.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc