Analyse

Première norme anticorruption: Une démarche préventive

Par Hassan EL ARIF | Edition N°:5390 Le 12/11/2018 | Partager
La certification implique tous les membres d’une structure
La cartographie des risques, un préalable
abderrahim_taibi_090.jpg

Abderrahim Taïbi, directeur de l’Institut marocain de normalisation: «Salariés, partenaires commerciaux et dirigeants d’entreprise sont les acteurs de la démarche de management anticorruption» (Ph. Privée)

- L’Economiste: La norme est-elle un vaccin contre la corruption?

- Abderrahim Taïbi: La norme ISO 37001 propose une démarche «prophylactique» contre la corruption, basée sur des initiatives existantes au niveau des différents pays. Elle intègre tous les aspects liés à la corruption dans les systèmes de management. La norme permet une identification exhaustive des risques de corruption, une sensibilisation accrue des membres de l’organisation et de ses partenaires, une implication directe des instances de gouvernance et de la direction générale dans la mise en œuvre de la démarche. Elle porte également sur un suivi rigoureux et régulier des performances réalisées en termes de prévention et de lutte contre ce phénomène.

- En matière de lutte anticorruption, peut-on atteindre le risque zéro ?
- Les risques de corruption sont intrinsèques aux activités de l’organisation. L’objectif de la démarche préconisée par la norme est d’identifier l’ensemble de ces risques, de les cartographier, de les hiérarchiser et de mettre en œuvre des actions efficaces pour les maîtriser, mais aussi d’engager des actions correctives et préventives pour traiter éventuellement tout risque qui s’est manifesté en acte réel de corruption.

- Combien coûte la certification?
- Le coût de la certification dépend de la taille de l’entreprise, de la complexité de ses processus et du degré d’exposition de ses différentes activités aux risques de corruption. Le coût dépend principalement du nombre de jours d’audit, calculé en tenant compte des paramètres précédents. En tout cas, pour une PME conforme à la norme ISO 37001, exposée à des risques classiques de corruption, la durée de l’audit ne dépasse pas 4 jours. Aussi, et étant un organisme à but non lucratif, Imanor intègre ce souci dans la mise en œuvre de sa stratégie de développement de la certification au Maroc, en proposant notamment des offres de certification accessibles à toutes catégories d’entreprises. Par conséquent, une organisation habituée aux systèmes de management de la qualité, de l’environnement et de la sécurité, ne pourra pas être surprise par le coût de la certification anticorruption.

- Quelle différence y a-t-il entre le privé et le public?  
- La différence réside dans le degré d’exposition des activités aux risques de corruption et dans l’efficacité des processus établis pour prévenir, détecter ou lutter contre le phénomène.

- Quelles sont les retombées de la norme ISO 37001?
- La norme ISO 37001 fait partie des composantes de la responsabilité sociétale de l’organisation. Une conformité à cette norme génère évidemment des retombées sur l’image, qui se répercutent sur les parts de marchés et son chiffre d’affaires à l’export, surtout au niveau de pays où la société civile est très sensibilisée à ces questions.
Le système de management anticorruption permet également le renforcement des bonnes pratiques dans les affaires, et leur promotion le long des chaînes de valeur, l’instauration d’une culture de responsabilité au sein de l’organisation et de son écosystème. C’est également un gage d’équité envers les employés, les partenaires et les sous-traitants.

Propos recueillis par Hassan EL ARIF

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc