Economie

Le gouvernement valide les privatisations

Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:5389 Le 09/11/2018 | Partager
Deux entrées: Energie Electrique de Tahaddart et Mamounia
Une recette de 10 milliards de DH attendue
entreprises_privatisation_089.jpg

Sept entreprises publiques seront retirées de la liste des entreprises privatisables. C’est le cas du CIH Bank et d’entités qui sont soit en liquidation soit ont des problèmes liés notamment au foncier

Deux nouvelles entreprises intègrent la liste des privatisables adoptées jeudi 8 novembre en Conseil de gouvernement et sept autres vont la quitter une fois l’accord du Parlement décroché. Le projet de réforme de la loi relatif au transfert des entreprises publiques au secteur privé  sera rapidement transmis au Parlement puisque son adoption devrait s’effectuer en même temps que le projet de loi de finances.

Energie Electrique de Tahaddart détenue à hauteur de 48% par l’Office national de l’eau et de l’électricité aux côtés d’Endesa Generación (32%) et Siemens Project Ventures (20%) fera son entrée sur la liste des entreprises privatisables.

Première centrale à cycle combiné du Maroc, Energie Electrique de Tahaddart a mené récemment des travaux de modernisation de deux turbines Siemens (à gaz et à vapeur), de l’alternateur ainsi que la chaudière principale de récupération. Ce qui a permis d’injecter une capacité de production additionnelle de plus de 23 MW, portant ainsi la capacité globale à 400 MW.

La deuxième entreprise est le célèbre hôtel la Mamounia de Marrakech. Filiale de l’ONCF qui en détient 65% du capital, cet établissement de luxe affiche une baisse de 7% de son chiffre d’affaires en 2016 (les derniers chiffres disponibles auprès de l’Ompic). Ses pertes d’exploitation se sont creusées de 26,4 millions de DH. L’entreprise affichait un résultat net déficitaire de 3 millions de DH à fin 2016 contre 44,5 millions en 2015. 

L’enjeu à travers la relance de la privatisation n’est pas seulement de boucler le budget 2019 mais aussi de dynamiser le portefeuille public. La privatisation sera inscrite dans une approche intégrée de gestion active du portefeuille public. La dernière opération remonte à 2016. 40% du capital de Marsa Maroc ont été cédés en Bourse  pour 1,9 milliard de DH. L’Etat garde le contrôle de l’entreprise puisqu’il  détient toujours 60% du capital et la majorité des droits de vote.

Quatre entreprises figurent toujours sur la liste des sociétés privatisables: il s’agit de Maroc Telecom, Biopharma, Sonacos et Marsa Maroc.  Le gouvernement compte aussi supprimer certaines entreprises de la liste comme c’est le cas pour le CIH Bank.

Certains établissements qui ont des difficultés ou qui sont en liquidation ou qui ont des problèmes liés notamment au foncier seront retirés de la liste. C’est le cas des hôtels Asmaa et Ibn Toumert, de Cotef, Sococharbo, l’usine de fabrication des briques et des tuiles (BTNA) ainsi que la Société chérifienne des sels (SCS).

Des privatisations prévues en 2019, le gouvernement espère une recette de 10 milliards de DH. Celle-ci serait partagée à part égale entre le budget général et le  Fonds Hassan II pour le développement économique et social. La clé de répartition des recettes de privatisation serait ainsi revue. Jusqu’en 2000, elles étaient affectées au budget général avant qu’une part ne soit versée au Fonds Hassan II (2001). Un changement est intervenu en 2011 avec le partage à parts égales des recettes entre le Fonds Hassan II et le Fonds national de soutien des investissements devenu depuis 2015, Fonds de développement industriel des investissements.

Le ministère des Finances veut mettre en place un dispositif permettant de réaliser des opérations de transfert dans des délais courts et selon les possibilités offertes par le marché.  L’idée défendue est d’ouvrir le capital des entreprises publiques ayant atteint un stade de maturité et opérant dans des secteurs ouverts à la concurrence. De quoi contribuer à augmenter les investissements directs étrangers et aussi à dynamiser la Bourse de Casablanca.

Khadija MASMOUDI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc