×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Les cités universitaires connectées d’ici un an?

    Par Ahlam NAZIH | Edition N°:5379 Le 25/10/2018 | Partager
    L’Onousc se donne ce délai pour achever le chantier
    Les étudiants pourront accéder au wifi même depuis leurs chambres
    Les salles de lecture en premier
    universite_wifi_079.jpg

    Cette année, 52.500 étudiants, dont 60% de filles, ont été accueillis dans les 23 cités universitaires publiques que compte le Maroc. Pour le moment, la plupart sont privées du wifi

    Enfin du wifi dans les cités universitaires. D’ici un an, toutes seront couvertes par une connexion wifi avec un débit «suffisamment correct» pour permettre aux étudiants de travailler. Le wifi sera disponible même dans les chambres. Une première. C’est en tout cas ce que promet l’Office national des œuvres universitaires, sociales et culturelles (Onousc). Les cités devanceront-elles les établissements universitaires?

    «Le plus gros de l’investissement a déjà été réalisé avec l’installation de la fibre optique dans l’ensemble des cités. Nous travaillons actuellement sur les équipements informatiques, notamment les switchs et les bornes», précise Noureddine Touhami, directeur. «Nous nous orientons vers des zones wifi, comme dans les aéroports, pour permettre une gestion optimale de la connectivité, et ne pas saturer les points d’accès. Il y aura au moins 5 points d’accès avec des zones séparées: logement, salles de lecture…», détaille-t-il.

    L’Onousc a choisi d’y aller progressivement. Toutes les administrations des cités disposent déjà du wifi. Les salles de lecture sont en cours de raccordement. D’ici mars 2019, toutes seront connectées. Cette première phase coûte entre 250.000 et 300.000 DH par cité. Le bloc hébergement suivra, pour qu’au bout d’une année, tous les sites soient couverts. La généralisation nécessitera des budgets plus conséquents, soit entre 400.000 et 1 million de DH par cité, en fonction des infrastructures existantes.

    L’Office a décidé d’accélérer ce chantier, au lieu d’attendre l’aboutissement du projet national Net-U. Annoncé début 2016, il était censé permettre à tous les établissements universitaires de se doter du wifi. Mais deux ans après, le programme, dont l’appel d’offres a été infructueux, n’a toujours pas démarré (voir article précédent). «Il y a tellement de choses à faire. Prioriser devient ma priorité!», lance Touhami. Pas question donc de perdre du temps.

    Les cités universitaires se trouvent aujourd’hui face à de nombreux challenges, à commencer par celui de la qualité de l’hébergement et de la restauration. Des efforts ont été déployés ces dernières années, mais ils restent insuffisants. L’Onousc dispose de tout un programme à ce niveau, avec des projets de réhabilitation et d’extension de campus, ainsi que de construction de nouvelles cités dans diverses régions. L’année prochaine, deux nouvelles cités seront ouvertes à Safi et Agadir. Pour les quatre prochaines années, l’Office prévoit d’augmenter sa capacité d’accueil d’environ 13.000 lits.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc