×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Zéro retard de paiement pour l’OCP

    Par Moulay Ahmed BELGHITI | Edition N°:5378 Le 24/10/2018 | Partager
    Création de centres d’excellence comptable pour faciliter le traitement des factures
    L’office veut fluidifier le processus de règlement de ses fournisseurs
    Les délais du groupe réduits à moins de 60 jours
    zero_retard_ocp_078.jpg

    L’OCP a mis en place des plateformes digitales aux profits de ses fournisseurs pour leur permettre de faire le suivi de leur facture de la réception au paiement. Ils disposent en temps réel des informations relatives à toutes les étapes du processus Achats et jusqu’au paiement des factures (Ph. OCP)

    En matière de délais de paiement, l’OCP est le moins que l’on puisse dire un cas d’école. Selon nos informations, le groupe vient de se doter de deux centres d’excellence comptable (CEC), un à Casablanca et un autre à Jorf Lasfar. Ils seront désormais les deux points d’entrée uniques pour les fournisseurs de l’office.

    Et pour cause, ils vont assurer un suivi et une traçabilité détaillés des situations de leurs factures puisqu’ils sont composés d’une équipe composée de plus de 120 cadres et agents comptables opérationnels dont la moitié exclusivement dédiée à la comptabilité Fournisseurs. Il faut dire que l’OCP est un véritable mastodonte en la matière.

    Le groupe traite en moyenne pas moins de 100.000 factures sur une année, c’est dire l’important vivier de fournisseurs avec lesquels il travaille, quelque 3.000 actifs. Cela se traduit par une moyenne annuelle de 8.000 commandes annuelles dont 70% sont prises auprès de fournisseurs nationaux sachant que l’office lance pas moins de 10.000 appels d’offres sur l’année. Rappelons que l’OCP a beaucoup investi sur les 10 dernières années, plus de 100 milliards de DH dans le cadre de la première phase de son ambitieux plan de développement.

    Outre les CEC, l’OCP a mis en place, en interne, des outils de digitalisation et de dématérialisation des flux Achats et de traitement des factures, et ce de la réception au paiement. D’où, la création d’outils pour assurer la traçabilité et la lisibilité du processus de facturation comme la e-supply, plateforme d'échanges et de collaboration entre le fournisseur et les acteurs OCP qui permet notamment l’accès aux opportunités business publiées par l’Office, la soumission aux appels d’offres… Il y a également la e-invoice qui permet tout simplement la dématérialisation des factures.

    Last but not least, la plateforme «End 2 end suppliers» qui permet aux fournisseurs un accès en temps réel à l’ensemble des informations relatives à toutes les étapes du processus Achats et jusqu’au paiement des factures. Elle est accessible via ordinateur et smartphone. Ses efforts qui ont nécessité 2 à 3 ans de travail se sont traduits, selon nos informations par une amélioration importante de la performance de l’OCP en matière de règlement fournisseurs avec une réduction de 20% de ses délais de paiement.

    Aujourd’hui, le délai moyen de paiement du groupe se limite à 60 jours. De sources sûres, «l’OCP n’a aucune facture échue payable», les factures échues non encore réglées en instance, le sont soit pour litige soit pour documents non conformes ou manquants de la part du fournisseur.

    Le groupe ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Il ambitionne de préserver l’objectif de zéro retard de paiement dans le cadre de la seconde phase de son programme d’investissement.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc