Régions

Les incendies de forêt de retour

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5363 Le 03/10/2018 | Partager
Après un été relativement calme, les incendies reprennent
Le vent d’Est entrave énormément les efforts d’extinction
incendie-de-foret-063.jpg

Les feux de forêt ont déjà décimé près de 200 hectares en 2017. Alors que l’on croyait la saison sauvée, le début de l’automne enregistre le lancement de plusieurs fronts en simultané (Ph. Adam)

Les feux de forêt marquent le début de l’automne à Tanger. Même si la saison d’été a été très chaude cette année, les incendies se sont fait rares. Mais depuis jeudi dernier, plusieurs feux se sont déclarés à différents endroits, à la périphérie de la ville.

Le dernier en date a été enregistré dans la zone de Rahrah, une région fortement boisée et qui fait actuellement partie du périmètre urbain. A l’heure de mettre sous presse, les informations sur l’étendue des feux n’étaient pas encore connues mais d’importants renforts étaient prévus pour y faire face. Entre eux, une escadrille de Canadair ainsi qu’un important dispositif au sol.

Jeudi, les efforts des équipes de lutte contre les incendies qui regroupent la Protection civile, le Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et les Forces auxiliaires, entre autres, ont réussi à circonscrire un autre incendie du côté de Gzenaya dans un terrain collectif. Le feu a été rapidement maîtrisé et l’étendue des dégâts n’a pas dépassé les deux hectares évitant de se propager aux environs de la route nationale reliant Tanger à Asilah.

A noter que la lutte contre ces incendies est rendue difficile par les forts vents d’Est qui soufflent depuis le début de la semaine sur le Détroit. Ces derniers ont atteint les 40 km/h dans la journée de jeudi, avec des rafales de plus de 60 km/h. Il est prévu que la force des vents faiblisse tout au long de la journée du vendredi, ce qui permettra de circonscrire les feux au plus vite.

Le vent ravive les fronts de flamme et les multiplie, ce qui augmente sa vitesse de déplacement et suppose un danger surtout pour les équipes en charge de l’extinction.

La multitude des fronts lancés en une seule journée laisse planer des doutes sur les causes réelles de ces incendies, en attendant les rapports officiels des autorités. Ces feux rappellent l’incendie qui a ravagé la forêt de Mediouna, en juillet 2017. Les feux avaient décimé près de 200 hectares de superficie boisée dans l’un des incendies les plus difficiles à maîtriser qu’ait connu Tanger et ses environs.

Plusieurs dizaines de sorties avaient alors été enregistrées par les Canadair et les avions Trush n’avaient que très difficilement pu ralentir l’avancée des feux après quatre jours, et ce à cause des forts vents qui soufflaient alors sur le Détroit.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc