Entreprises

Risma négocie mieux le premier semestre

Par Franck FAGNON | Edition N°:5353 Le 19/09/2018 | Partager
Le chiffre d'affaires et le RBE en hausse respective de 9 et 20%
Les comptes repassent au vert à fin juin
La société et deux filiales dans le viseur de l'administration fiscale
risma_053.jpg

La bonne tenue de l'activité touristique au premier semestre profite à Risma dont les hôtels sont plus fréquentés que la moyenne du marché. L'entreprise améliore son chiffre d'affaires et soigne sa performance opérationnelle

Avant le bilan de la période estivale, les six premiers mois de l'année auront été de bonne facture pour l'activité touristique. Les arrivées et les nuitées ont chacun progressé de 10%. Les dépenses des touristes ont augmenté de 4 milliards de DH par rapport au premier semestre 2017 à plus de 31 milliards de DH.

Ce contexte profite à Risma qui a amélioré son chiffre d'affaires de 9% à 753 millions de DH, malgré une variation du périmètre (cession de trois Ibis). Ces sorties ont été en partie contrebalancées par une hausse du taux d'occupation. Celui-ci a augmenté de 7 points à 69% selon le management. L'indicateur est en hausse pour le marché (+4 points) mais reste à un niveau relativement bas de 44%.

Les unités sur le segment haut et milieu de gamme ont généré un revenu de 603 millions de DH en hausse de 9,5%. Le rythme de croissance est identique sur l'économique dont le chiffre d'affaires s'est établi à 147 millions de DH. Le groupe a enregistré une nette amélioration de la performance des hôtels sur l'ensemble des segments.

Le résultat brut d'exploitation a augmenté de 18% sur le haut et milieu de gamme et de 25% sur l'économique. Globalement, il s'est chiffré à 259 millions de DH pour l'activité hôtellerie en hausse de 20%. En revanche, Risma a comptabilisé une perte brute d'exploitation de 16 millions de DH sur le Pôle Support et Académie Maroc au premier semestre, sans que cela n'altère ses performances.

L'entreprise a dégagé un bénéfice (résultat net part du groupe) de 43 millions de DH entre  janvier et juin 2018 contre une perte de 31 millions de DH sur la même période de l'année dernière.

Malgré un bon semestre, la volatilité des résultats ces dernières années appelle à la vigilance, même si l'opérateur hôtelier n'a pas de prise sur certains facteurs comme le comportement de l'activité touristique. En outre, à court terme, ses performances pourraient être altérées par le dénouement de plusieurs contrôles fiscaux.

La société et deux de ses filiales (Emirotel et Chayla) font l'objet de vérification sur les impôts sur les sociétés et le revenu, la TVA et la contribution sociale de solidarité sur plusieurs exercices.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc