Entreprises

Incentive/cadeau d’affaires: La priorité aux gros clients

Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5351 Le 17/09/2018 | Partager
Les entreprises réduisent les volumes et misent sur la qualité
83,4% ont un budget constant ou en hausse
incentive_cadeau_daffaires_051.jpg

L’étude a été menée auprès de 510 entreprises issues de 13 secteurs d’activité (services, immobilier, commerce, banque, Telecom, santé…). 21% de l’échantillon (soit 107 sociétés) emploie plus de 500 collaborateurs (grandes entreprises).

Le temps des cadeaux distribués à tort et à travers est bel et bien révolu. Outils d’affaires essentiels pour les entreprises, l’incentive et les cadeaux se font rares. C’est dans ce contexte que Datattitude, organisateur du salon boudoir du cadeau d’affaires et de l’incentive de luxe au Maroc vient de publier une étude.

Ainsi, 83,4% de l’échantillon dispose d’un budget constant ou en hausse. A peine 16,6% a baissé ce poste budgétaire. Ce qui surprend au premier abord. Le phénomène trouve son explication dans les critères de sélection du cadeau d’affaires.

En effet, la qualité et l’originalité du produit apparaissent comme les principaux critères de choix lorsqu’il s’agit d’offrir un cadeau. Pour 58,6% des entreprises, la recherche de qualité est justifiée par le positionnement dans l’univers du luxe. Pour 49,8% d’entre elles, l’originalité du produit affirme l’intention de se démarquer à travers un cadeau unique, qui sort du lot.

Le prix apparaît en troisième position (45,9%). En faisant le choix d’un présent original et de haute qualité, les entreprises communiquent la valeur qu’elles portent au destinataire. Les sociétés marocaines continuent d’investir dans les cadeaux et incentives en privilégiant les gros clients, les hôtes prestigieux, les principaux donneurs d’ordres... Concrètement, les entreprises réduisent les volumes et misent sur la qualité.

Selon l’étude, plus de 73,16% des sociétés réalisent entre une et quatre opérations de distribution de cadeaux par an. La loi emploie le terme «cadeaux publicitaires» et non cadeaux d’affaires. Etant offerts dans le cadre des relations commerciales, les cadeaux d’affaires sont soumis à un régime fiscal particulier.

La règle est qu’ils représentent une charge déductible du bénéfice imposable quand ils sont remis dans l’intérêt de l’entreprise et symbolique (présentant le logo de l’entreprise ou la marque de ses produits). Dans la pratique, 87,74% de l’échantillon a le réflexe de personnaliser les cadeaux.

Au Maroc, la loi relative à l’impôt sur les sociétés a limité la déductibilité fiscale des cadeaux publicitaires à la valeur unitaire maximale de 100 DH. Lorsque ces conditions ne sont pas respectées, ces charges doivent être réintégrées au résultat fiscal, à la clôture de l’exercice.

Mais sur le terrain, on se retrouve avec des cadeaux qui dépassent largement la limite de déductibilité. L’étude abonde dans ce sens. Elle révèle qu’à peine 17,51% des entreprises ont un budget inférieur à 300 DH par personne. La majorité écrasante (82,5%) présente un budget entre 300 et 5.000 DH, voire plus.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc