Entreprises

Téléphonie: Accent, la marque marocaine qui résiste aux Chinois

Par Nadia DREF | Edition N°:5349 Le 13/09/2018 | Partager
Smartphones à moins de 2.000 DH, export, diversification… Détail de la stratégie DBM
Avec un chiffre d’affaires de 800 millions de DH, l’opérateur a investi près de 100 millions de DH

Avec l’arrivée massive des marques chinoises, la concurrence sur le marché de la téléphonie se corse de plus en plus. Un constat confirmé par le président de la société DBM, une PME qui détient Accent, seule marque marocaine de téléphonie.

«Depuis 2 ans, le marché est perturbé et ne répond à aucune logique. Il y a beaucoup de nouveaux entrants ainsi que des sortants. Les Chinois sont très agressifs et plus forts. De notre côté, nous continuons à nous battre», fait valoir Abdelkrim Maazouzi, un MRE qui est rentré au pays depuis plus de 20 ans pour monter sa firme NTI au Maroc.

A ce jour, la PME a investi près de 100 millions de DH. Elle réalise un chiffre d’affaires de près de 800 millions de DH. Accent commercialise 500.000 téléphones portables, 400.000 tablettes et 80.000 PC par an.

Dans un marché de prix, les consommateurs sont en quête de produits de bonne qualité avec un bon rapport qualité/prix. «Nous investissons dans une gamme un peu plus large tout en cherchant les opportunités de business  du côté des produits qui marchent», confie le PDG.

Pour booster ses ventes, DBM a fait le choix de commercialiser des produits de moins de 2.000 DH offrant de nouvelles fonctionnalités et technologies afin d’accompagner le pouvoir d’achat des Marocains. L’opérateur vient de lancer son nouveau-né, «Pearl A6» et le Caméléon C5.

Le fabricant propose également une gamme de produits renforcée dont le dernier-né, baptisé Tank P55, est destinée aux entreprises. Cet appareil, résistant à l’eau, servira aux commerciaux et agents de terrain. Le prix peut grimper jusqu’à 15.000 DH, selon le besoin du client. Outre la téléphonie, DBM fabrique des PC et des tablettes très prisées.

«En augmentant la mémoire, la capacité de stockage, la robustesse et en gardant le même prix, nous avons réalisé 80% de nos ventes annuelles de tablettes, entre mai et le 4 août dernier», se réjouit le management. Accent revendique la place de leader sur ce segment. Il mise également sur le cartable numérique mobile pré-câblé dédié à l’enseignement pour booster ses ventes. Un concept qui a nécessité 8 ans de travail.

L'entreprise a participé au programme GENIE (Généralisation des technologies de l’information et de communication dans l’enseignement au Maroc) qui couvre trois axes: infrastructures, formation et contenus numériques. L’entreprise table sur la relance de programmes dont les objectifs sont l’amélioration de la qualité des apprentissages et le développement professionnel des enseignants.

Pour la marque Accent, conçue au Maroc et fabriquée et assemblée en Chine, le fabricant a mis en place un réseau de centres de service après vente. Ces structures sont implantées à Casablanca, Mohammedia, Rabat, Fès, Agadir, Marrakech et Oujda. «Nous allons augmenter la disponibilité des pièces de rechange à des prix abordables», promet le PDG. 

Côté distribution, DBM ne dispose pas de magasins en propre. Dans le cadre de sa stratégie, l’entreprise s’appuie sur les canaux de distribution modernes (grandes et moyennes surfaces, commerce moderne…) et traditionnels. Ses équipes technico-commerciales sillonnent le pays pour former et conseiller les revendeurs. DBM emploie 200 personnes au Maroc et en Afrique.

Booster l’export

DBM se développe en Afrique à travers 3 filiales au Sénagal, en Tunisie et en Côte d’Ivoire. L’opérateur est également présent à travers des distributeurs locaux dans une dizaine de pays: Guinée, Cameroun, Burkina-Faso, Mali, Gabon, Ethiopie, Niger... «Nous sommes étonnés du succès des produits Accent au Mali et au Kenya. Nous menons également des discussions avec d’autres pays pour pénétrer de nouveaux marchés», relève Abdelkrim Maazouzi. Pour faciliter l’export, l’entreprise dispose d’un magasin sous-douane de plus de 1.200 m² à Mohammedia. Reste que la logistique ne suit pas. «Pour alimenter l’Afrique, nous sommes obligés d’envoyer des petits colis soit par DHL, RAM ou autres. Malheureusement, l’avion cargo que la compagnie nationale vient d’acquérir ne dessert pas encore le continent», soutient Maazouzi. L’entreprise qui réalise entre 35 et 40% de son chiffre d’affaires à l’export compte, à moyen terme, écouler 80% de ses produits en Afrique. 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc