×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    RAM: Le syndicat des pilotes au bord de l’implosion

    Par Amin RBOUB | Edition N°:5343 Le 04/09/2018 | Partager
    Démissions en série de membres du bureau de l’AMPL
    Elections anticipées d’un nouveau président
    ram-pilote-avion-043.jpg

    Au moment où les pilotes de RAM s’apprêtent à soumettre l’accord avec le management à un référendum, les structures de l’AMPL sont au bord de l’implosion avec plusieurs démissions auprès des membres du bureau (Ph. D.R.)

    L’Association marocaine des pilotes de ligne (AMPL) est dans la tourmente. D’un seul coup, quatre membres du Bureau viennent de démissionner. Il s’agit du secrétaire général (Kamal Ayouch) ainsi que de deux conseillers. Même le président, Amine Mkinsi a été poussé à la sortie avant la fin de son mandat.

    L’AMPL dénonce également «des campagnes de dénigrement et des fuites organisées lors du dernier mouvement avec la compagnie», précise une source interne. D’autant plus que des délégués du collège PNT contestent le statut de l’AMPL et surtout sa «légitimité» à représenter l’ensemble de la communauté des pilotes.

    Les délégués émettent des «réserves» au sujet de l’accord de l’AMPL avec la compagnie et menacent «de ne le valider en aucun cas». Plus encore, les délégués PNT disent «dénoncer l’accord entre RAM et l’AMPL, car il risque de fragiliser les acquis du PNT à l’avenir».

    Face à ce nouveau rebondissement, le syndicat des pilotes de Royal Air Maroc est dans l’obligation statutaire de la notification de ces démissions en AG conformément aux dispositions de l’article 3 des statuts relatif aux démissions et vacances de postes.

    Pour réactiver les instances de l’AMPL, il a été décidé de lancer un référendum pour élire le futur président, censé succéder à Amine Mkinsi. La date de ce référendum a été fixée pour la période allant du 24 septembre au 5 octobre prochain. Juste après, l’AMPL compte organiser l’assemblée générale le 8 octobre.  Ces nouveaux rebondissements pourraient remettre en question plusieurs décisions du bureau sortant.

    A leur tête l’accord fragile signé en août dernier avec le management de la compagnie. D’ailleurs, cet accord arraché au forceps a mis fin à des perturbations sans précédent au niveau des vols de RAM, dont les impacts seront lourds de conséquence, à la fois sur le plan financier et en termes d’image de marque.

    Sur ce feuilleton d’astreintes, l’AMPL n’a pas encore dit son dernier mot. D’ailleurs, la corporation des pilotes et commandants de bord vient de recevoir les modalités d’un référendum (qui sera tenu du 10 au 21 septembre) pour trancher une bonne fois pour toutes sur la recevabilité des clauses de l’accord.

    Le dépouillement du vote est programmé le vendredi 21 septembre (à 19 heures). L’opération du décompte des votes sera entièrement filmée, précise l’AMPL dans une note interne sur les modalités du référendum. Parmi les nouveaux acquis de la corporation des pilotes, ceux qui portent sur la revalorisation des salaires.

    Selon un document confidentiel, dont L’Economiste détient copie, les négociations ont abouti à un protocole qui formalise le principe de revalorisation salariale à travers quatre grilles et autant de tranches, et ce à partir du 1er novembre 2018. Le détail des augmentations a été communiqué en avant-première par L’Economiste. 

    La première tranche porte, rappelons-le, sur un montant de 5.175 DH nets au profit des commandants de bord (CDB) des Boeing 747, 787 et 767. Vient juste après une augmentation de 4.500 DH nets pour les commandants de bord des B737 et E190. S’ensuivent des revalorisations de 3.450 DH nets pour les OPL (copilotes) des B747, B787 et B767, ou encore de 3.000 DH nets au profit des OPL des Boeing 737 et E190. Il faut dire que les augmentations accordées restent en deçà des attentes des pilotes.

    Revalorisations des salaires

    Avant l’ouverture des négociations, les pilotes réclamaient, via l’AMPL, une revalorisation de 30.000 DH au profit des commandants de bord sur 5 ans et 20.000 DH pour les copilotes. Mais au fur et à mesure que les négociations avançaient, l’AMPL a révisé à la baisse les montants. Du coup, elle a proposé 15.000 DH pour les pilotes et 10.000 DH pour les copilotes, et ce sur trois tranches. Sauf que la compagnie avait émis quelques réserves. Le management a donné son accord au sujet de la 1re tranche, mais sous réserve que la validation des deux autres tranches soit conditionnée par la signature du contrat-programme. Depuis, un compromis a finalement été trouvé en optant par les quatre tranches citées ci-dessus.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc