Régions

Tanger: Les monnaies du monde s’exposent

Par Amine BOUSHABA | Edition N°:5332 Le 09/08/2018 | Partager
Une manifestation initiée par Wafacash
Les devises: outil de cohésion sociale
monnaie_du_monde_032.jpg

 

Les monnaies d’ici et d’ailleurs sont-elles proches ou radicalement différentes? C’est ce que propose de souligner l’exposition «Devises du Monde», à Tanger. Conçue comme un véritable voyage à travers les états, l’exposition complètement didactique est placée sur la corniche de la ville du détroit.

Une installation de 28 panneaux, comportant chacun les visuels de devises de 8 pays, est proposée aux visiteurs à l’initiative de Wafacash, le spécialiste des métiers du cash, leader sur le marché des transferts internationaux.

Elle démontre l’importance de la monnaie dans les échanges entre les peuples: «Plus qu’une unité monétaire, les devises sont un véritable outil de cohésion sociale, facilitant l’échange de marchandises et de biens dans une société donnée. C’est également un élément de souveraineté important», souligne les organisateurs.

L’effigie des rois, de personnages importants ou de scènes racontant des faits historiques d’un pays figurant sur les pièces de monnaie ou les billets rappelle que les devises sont aussi des outils de la souveraineté étatique et parfois régionale. Chaque pays et/ou chaque région y inscrit sa propre identité. Le choix de la ville de Tanger n’est pas fortuit.

Ville de négoce depuis la nuit des temps, la ville de Tanger a nourri l'imaginaire de tous les peuples de la Méditerranée et bien au-delà. D’après la légende, son histoire remonte à l’Antiquité Grecque. Plus tard, phéniciens et carthaginois s’y installèrent en y créant un comptoir commercial et une colonie florissante.

C’est sous le règne de l’Empereur Justinien, que Tanger échappe aux romains et passe sous le contrôle de l’Empire Byzantin. A la fin du VIIe siècle, les arabes s’en emparèrent et de là, se lancèrent à l’assaut de l’Espagne. En 1471, les portugais l’occupent pendant plus d’un siècle. 

Au 18e siècle, la ville devient la «capitale diplomatique» de l'Empire chérifien et le siège des représentations étrangères accréditées auprès du Sultan. Les États-Unis y ouvrent, en 1821, ce qui deviendra leur plus ancien consulat permanent dans le monde.

En 1923 les négociations internationales aboutissent à faire de Tanger une zone internationale affranchie de droits de douanes. La ville possède désormais son autonomie financière. Un statut qui participera au grand rayonnement international de Tanger, tant dans le domaine culturel que dans celui des affaires.

Aujourd’hui, Tanger se tourne, avec bonheur, vers un avenir radieux grâce à la sollicitude du Roi Mohammed VI. Sur le plan économique et social, la ville de Tanger connaît, depuis les années 2000, un développement spectaculaire pour devenir la deuxième ville économique du Royaume.

Un décollage qui a pu se réaliser à la faveur de la volonté royale de doter la ville du détroit de nombreux projets structurants et en engageant des investissements colossaux, tels les Ports Tanger Med I et II, le Tanger Marina Bay, une industrie automobile, la zone franche industrielle, les infrastructures routières et ferroviaires...Tanger est, à la faveur de tous ces projets structurants, aujourd’hui devenu un pôle urbain compétitif, résolument tourné vers l’avenir. C’est ce passé et présent de place financière internationale que veut célébrer l’exposition qui se poursuit jusqu’au 31 août.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc