Société

La route de la soie en moins de 100 jours

Par Sabrina BELHOUARI | Edition N°:5330 Le 07/08/2018 | Partager
12000 km à bord d’un tricycle solaire, l’aventure exceptionnelle de 2 Marocains
Ils participent au rallye des vélos solaires Sun Trip qui relie Lyon à Guangzhou en Chine
Masen et l’Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles, les sponsors
route-de-la-soie-030.jpg

 

Ils s’appellent Youssef El Haouass et Mohamed Said Jbari, et ils vivent une aventure inédite à bord de leur tricycle solaire baptisé «Ibn Batouta», en hommage au célèbre voyageur et explorateur marocain. Sur près de 12000 km et à travers 10 pays, ces deux tangérois participent au challenge international Sun Trip 2018 pour les véhicules solaires, qui retrace les nouvelles routes de la soie entre Lyon et Quangzhou à Canton en Chine en utilisant les énergies propres.

Ce périple a commencé le 8 juin, date du départ des deux challengers devant le mausolée d’Ibn Batouta à Tanger pour aller rejoindre les 42 autres concurrents à Lyon. Youssef El Haouass est technicien supérieur spécialisé en génie mécanique, avec plus de 30 ans d’expérience dans le domaine.

Mohamed Said Jbari, quant à lui, est un sportif et pratique le basket sur chaise roulante. En ce moment, les deux aventuriers se trouvent au Kazakhstan après avoir parcouru un peu plus de 4.000 km et traversé 6 pays.

«Presque toutes les étapes étaient difficiles. Cette année, il manquait énormément de soleil nécessaire pour faire fonctionner notre vélo. Mais le plus difficile était l’ascension du col saint Bernard aux Alpes au niveau de la frontière suisso-italienne», raconte El Haouass.

En effet, la première moitié du parcours s’étale de Lyon jusqu’aux steppes du Kazakhstan et les montagnes de l’Asie centrale. Par la suite les aventuriers devront traverser une grande partie de la Chine, affrontant le célébrissime désert de Gobi et celui de Taklamakan, et traversant les hauts plateaux du centre du pays.

La dernière phase du parcours se fera, quant à elle, dans le climat subtropical chaud et humide de la province du Guangdong. Le parcours est évalué par les organisateurs entre 12.000 et 13.000 km suivant les choix de route.

Pour participer au Sun Trip, les aventuriers marocains devaient respecter un cahier des charges bien défini. Ainsi, le vélo ne doit pas excéder 3 roues et doit être animé uniquement par l’énergie solaire et humaine.

Le tricycle marocain «Ibn Batouta» est un biplace de 3,2 mètres de longueur sur 99 cm de largeur. Son toit est constitué de panneaux solaires d’une capacité de 540 W et animé par deux moteurs électriques de 500 W chacun. L’énergie solaire est collectée pas les panneaux solaires puis emmagasinée dans des batteries haute performance au lithium puis transmise aux deux moteurs selon le besoin pour faire rouler le véhicule.

youssef_el_haouass_et_mohamed_said_jbari_030.jpg

Portés par la passion et la détermination, Youssef El Haouass (à droite) et Mohamed Said Jbari (à gauche), des challengers exceptionnels, participent à une aventure hors du commun pour les véhicules solaires dite «Sun Trip» reliant Lyon à Guangzhou en Chine. Ils doivent parcourir une distance de 12000 km sur leur vélo solaire «Ibn Batouta» en moins de 100 jours (Ph. YH)

La vitesse maximale du tricycle Ibn Batouta est de 35 km sur le plat, et s’il y a du soleil il peut parcourir jusqu’à 200 km par jour. Le vélo a la particularité de disposer d’une place passagère conçue spécialement pour les besoins spécifiques de Mohamed Said Jbari.

Ce tricycle solaire a été entièrement conçu et réalisé par Youssef El Haouass, a nécessité presque une année de travail et d’essais, le tout financé par ses propres fonds et avec l’aide de quelques amis. Jusqu’à la dernière minute, la team y a cru et fourni tous les efforts nécessaires. Au dernier moment, ils ont pu décrocher le sponsoring de Masen et de l’Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles (Iresen).

«Ce challenge est pour moi une occasion de porter le défi à un niveau supérieur et de participer accompagné de mon ami Mohamed aux besoins spécifiques. En plus du challenge technique, nous voulons démontrer que toute personne motivée est capable de réaliser des prouesses», confie El Haouass. Pour rouler sur le vélo solaire, cette team utilise la force des bras de Mohamed et la force des jambes de Youssef pour pédaler.

Un double effort doit être fourni par Youssef afin de compenser la force mécanique manquante. Malgré la fatigue et le manque de sommeil, chaque soir et après plus de 12 heures de pédalage sur le vélo, il faut étudier l’itinéraire du jour suivant et faire des calculs.

La prochaine étape s’annonce très difficile pour les aventuriers, surtout avec le vent qui souffle de face et le soleil qui est presque tous les jours caché par les nuages. Sans oublier la traversée du désert de Gobi et celui de Taklamakan. Portés par la passion et la détermination, ces challengers hors du commun sont porteurs d’un message très fort.

«La participation de Mohamed Said à ce challenge est un message pour montrer qu’avec un peu d’aide, le handicap physique n’est plus une frontière pour réaliser l’impossible. De plus, dans notre voyage, nous sommes passés par des endroits où personne ne connaît le Maroc et nous sommes fiers de représenter le Maroc et espérons êtres les dignes ambassadeurs de notre pays», conclut avec fierté Youssef El Haouass.

Les règles du «Sun Trip»

Les participants doivent partir avec un vélo électrique solaire et recharger leur batterie uniquement grâce à l’énergie solaire. Après le départ réel à Chamonix en France, il n’y a plus d’itinéraire imposé et les participants décident des pays traversés et de la route qu’ils veulent suivre jusqu’à Guangzhou. Les aventuriers du Sun Trip sont interdits de rouler de nuit et ne sont pas suivis par des véhicules d’assistance. Ils peuvent se faire aider par des gens rencontrés sur leur chemin ou encore se faire envoyer des pièces de rechange. Ils sont néanmoins munis d’une balise de sécurité pour être géolocalisés en permanence et pour donner l’alerte en cas de besoin. L’aventurier qui arrive à rejoindre l’arrivée du Sun Trip en premier, en ayant rechargé ses batteries uniquement grâce à l’énergie solaire, est considéré comme le vainqueur du challenge solaire.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc